Sommaire

L'intestin grêle assure l'assimilation des nutriments fournit par les aliments que nous consommons. Pour faciliter ce processus, il forme une multitude de replis, appelées villosités, qui augmentent sa surface de contact : elle atteint ainsi 200 m².

Lorsque ces villosités sont endommagées, on parle alors d'atrophie villositaire. L'ensemble de l'organisme est déséquilibré. Faisons le point à ce sujet.

Causes de l'atrophie villositaire

L'endommagement des villosités est la conséquence de différentes pathologies :

  • La maladie cœliaque : elle est provoquée par une intolérance au gluten, une protéine rencontrée dans de nombreuses céréales consommées couramment : blé, seigle, orge, avoine, épeautre... Il s'agit de la cause la plus fréquente.
  • Des déficits en certaines cellules du système immunitaire, comme les immunoglobulines A.
  • La lambliase, une infection par un parasite (Giardia lamblia) qui peut être contractée dans les pays tropicaux.
  • Un déficit en lactase, l'enzyme qui permet de digérer le sucre présent dans le lait.
  • La maladie de Whipple, affection rare provoquée par la bactérie Tropheryma whipplei.

Atrophie villositaire : quels symptômes ?

L'atrophie villositaire provoque des perturbations et notamment :

  • une diarrhée chronique ;
  • une perte de poids et de la fatigue ;
  • des douleurs abdominales ;
  • des crises de tétanie ;
  • un syndrome hémorragique ;
  • l'apparition d’œdèmes...

Elle est responsable d'un syndrome de malabsorption, qui se traduit par des carences nutritionnelles, notamment en acide folique, en calcium ou en fer. Les personnes touchées sont ainsi souvent en anémie et peuvent souffrir d'une atteinte osseuse.

Un des spécialiste de ce domaine, le professeur Michael N. Marsh, a proposé une classification des différents stades de l'atteinte des villosités :

  • le type 1 correspond à une muqueuse intestinale normale ;
  • le type 2 correspond à une atrophie villositaire partielle ;
  • le type 3 correspond à une atrophie villositaire presque totale ;
  • le type 4 correspond à une atrophie villositaire totale.

Prise en charge d'une atrophie villositaire

Pour mettre en évidence cette atrophie des villosités, le gastro-entérologue réalise une endoscopie au cours de laquelle il effectue des prélèvements de la muqueuse de l'intestin grêle. Ils seront minutieusement observés en laboratoire.

Le traitement va bien sûr dépendre de la cause de l'atrophie :

  • En cas de maladie cœliaque, le seul traitement est l'éviction totale du gluten, par un régime alimentaire sans gluten très rigoureux. En quelques mois, l'état général s'améliore et il faut compter plus d'un an pour que les villosités retrouvent un aspect normal. Au début du régime, il est souvent nécessaire d'écarter en plus les produits laitiers, le temps que la muqueuse intestinale soit bien rétablie.
  • En cas de maladie de Whipple, un traitement antibiotique au long court (plus d'un an) est nécessaire.
  • En cas de lambliase, des nitro-imidazolés sont prescrits.
  • Les carences nutritionnelles sont corrigées à l'aide d'une supplémentation.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Dissoudre des calculs biliaires Hernie hiatale Prolapsus rectal Traiter le reflux gastro- œsophagien Hernie de Bochdalek Anti-acide Maladie de Crohn Fissure anale 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Calculs biliaires Soigner une hernie hiatale naturellement Spasme œsophagien Typhoïde Côlon irritable Dysenterie Intoxication alimentaire Ascaris Diverticule de Meckel Rectocolite hémorragique Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Bézoard Atrésie Atrésie de l'œsophage Parasites intestinaux Rectite Cirrhose du foie Calcul biliaire traitement naturel Blanc de l'œil jaune Diverticule de l’oesophage Ulcère duodénal Occlusion intestinale Cirrhose biliaire primitive Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Syndrome hépato-rénal Hernie inguinale et crurale Syndrome de l’intestin irritable Insuffisance hépatique Clostridium Ankylostomiase Cholangite Encéphalopathie hépatique Choléra Hépatite toxique Syndrome de Barrett Traiter une colopathie fonctionnelle Abcès anal Péritonite Cholécystite Helicobacter pylori traitement naturel Cytolyse hépatique Fistule anale Maladie de Gilbert Hépatomégalie Angiocholite Pancréatite aiguë Intolérance au glucose Régime FODMAP Mâchoire qui craque Traiter l'helicobacter pylori Syndrome de Budd Chiari Syndrome de Sadam Stéatose hépatique Intolérance au gluten Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Maladie coeliaque Escherichia coli Soigner les vers intestinaux Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Comment soigner l'escherichia coli Ulcère gastrique Comment soigner une colopathie naturellement Éviter les remontées acides après un repas Gastrite Gastrite nerveuse Appendicite Traiter un ténia ou ver solitaire Colite ischémique Hernie de la ligne blanche Cysticercose Atrophie villositaire Maladie de Chagas Glossodynie Maladie de Hirschsprung Éventration abdominale Giardiase Colon irritable homéopathie Colopathes Soigner les ulcères gastriques Traiter les oxyures Enterococcus faecalis Anomalies de l’œsophage Oesophagite Hypertension portale Hernie diaphragmatique Bilharziose Soigner une salmonellose Sécheresse de la bouche Infarctus mésentérique Hépatite auto-immune Invagination Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Dyspepsie Soigner une gastrite Amibiase Colite spasmodique Hépatite virale Traitement de l'intestin irritable Colite Maladie de Caroli Lavage d'estomac MICI Vermifuge humain Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Achalasie Traitement du Clostridium difficile Syndrome de Mallory Weiss Parasitoses digestives Syndrome d'Ogilvie Reflux gastro-oesophagien Syndrome dysentérique Malabsorption du fer Intolérance au lactose Gastrite chronique Adénolymphite mésentérique Hernie ombilicale Diverticule colique Syndrome de Costen Maladie de Whipple Lithiase salivaire Varices oesophagiennes Stase stercorale Dysenterie tropicale Kyste hydatique Angiome du foie