Sommaire

L'hydrothérapie (ou « irrigation ») du côlon est un lavement amélioré qui permet un nettoyage du gros intestin. Limitée à certaines indications médicales, elle est de plus en plus pratiquée en tant que médecine alternative.

Le point maintenant sur l'hydrothérapie du côlon.

Hydrothérapie du côlon : des indications médicales limitées

Le lavage d'intestin ou irrigation du côlon consiste à injecter un volume d'eau dans le côlon en se servant d'une canule ou d'une pompe à lavement insérée dans l'anus.

Ces lavements étaient déjà pratiqués aux XVIIe et XVIIIe siècles, connus sous le terme de « clystères ». Seules certaines indications bien précises justifient aujourd'hui les lavements dans le cadre médical :

  • occlusions chez les constipés chroniques graves ;
  • patients porteurs d'une stomie, ayant un anus artificiel ou une poche, afin de faciliter leur vie sociale ;
  • patients souffrant d'une incontinence anale.

Hydrothérapie du côlon : une médecine alternative

L'hydrothérapie du côlon, selon ses adeptes, permettrait un nettoyage du côlon, de sa paroi et ses replis où seraient incrustés des déchets accumulés au fil du temps. L'accumulation de matières, d'une part, empêcherait l'absorption des nutriments, et d'autre part serait à l'origine de la formation de toxines néfastes pour l'organisme, ce qui expliquerait la fréquence des cancers, colites, ballonnements et divers troubles digestifs.

En tant que médecine alternative, l'hydrothérapie du côlon présenterait les vertus suivantes :

  • amélioration de la digestion et du péristaltisme, traitement de la constipation chronique, des ballonnements, de la mauvaise haleine, du côlon irritable ;
  • activation de la circulation sanguine, disparition des œdèmes des membres inférieurs et de la cellulite avec amincissement ;
  • activation de la fonction rénale, évacuation des germes coliques aidant à la disparition des infections urinaires à point de départ intestinal ;
  • détoxification générale de l'organisme, disparition des allergies, renforcement des défenses immunitaires ;
  • prévention contre les maladies du côlon : cancer, diverticulites.

Contre-indications de l'hydrothérapie du côlon

Parmi les contre-indications de l'hydrothérapie du côlon, on peut citer les suivantes :

  • personnes fragiles et très âgées ;
  • chirurgie récente de l'abdomen ;
  • pathologie cardiaque ;
  • ulcère, perforation digestive, tumeur cancéreuse du côlon ;
  • hypertension non contrôlée ;
  • hémorroïdes ou fissure anale.

Hydrothérapie du côlon : déroulement de la séance

Les séances se font à un rythme de 2 cures par an de 2 ou 3 séances en prévention, parfois davantage.

La séance dure environ une heure. Le patient est allongé sur le côté droit ou sur le ventre, recouvert d'un drap de bain ou d'un peignoir.

  • Une canule lubrifiée à double circuit et à usage unique est introduite dans l'anus, reliée à un circuit d'eau.
  • Le côlon est rempli doucement avec de l'eau purifiée et chauffée à 30-37 °C, à faible débit, à laquelle on ajoute parfois des plantes ou des probiotiques.
  • Il circule plusieurs dizaines de litres d'eau dans le côlon au cours de 10 à 15 remplissages/évacuations d'eau, ramenant les éléments contenus dans le gros intestin.
  • Tout au long de la séance, le thérapeute effectue des massages du cadre colique.
  • La séance s'arrête lorsque l'eau devient claire.

Risques et effets secondaires de l'hydrothérapie du côlon

La procédure peut être inconfortable, voire douloureuse, induisant de sévères crampes. Les effets secondaires sont nombreux à type de vomissements, nausées, gonflements, irritations importantes.

Le risque dépend, entre autres, de la fréquence des cures, et du fait qu'elles viendraient se substituer à des soins médicaux. Des lavements fréquents pourraient, par ailleurs, conduire à une dépendance.

  • Le risque infectieux n'est pas négligeable, des germes provenant des intestins d'une autre personne pouvant être transmis en cas de stérilisation insuffisante des équipements entre chaque séance.
  • Des lavements trop répétés peuvent endommager la muqueuse colique et le risque de perforation digestive n'est pas nul. Sans compter le risque de dissémination d'une tumeur rectale ignorée du patient.
  • Le liquide employé doit être adapté, il faut veiller à ce que sa composition soit neutre sur le plan osmotique (équilibre en ions), afin d'éviter une déshydratation ou des troubles électrolytiques par convergence de l'eau vers les intestins. Il existe un risque de défaillance cardiaque provenant d'une absorption excessive de liquide dans le sang.

Hydrothérapie du côlon : absence de preuves scientifiques

La plupart des processus de la digestion ont lieu dans l'intestin grêle, où les nutriments sont absorbés. La fonction du gros intestin est de réabsorber l'eau et les minéraux, et d'acheminer les matières fécales jusqu'au rectum ; ses parois ne laissant pas passer de toxines éventuelles dans l'organisme.

Aucune preuve de matière durcie n'a été rapportée lors des observations directes réalisées lors de chirurgies coliques ou d'autopsies. De même, les différentes études biomédicales publiées sur le sujet ne fournissent aucune preuve pouvant attester des bienfaits de l'hydrothérapie du côlon.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Anti-acide Lavage d'estomac Stase stercorale Insuffisance hépatique Maladie coeliaque Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Régime FODMAP Hernie de la ligne blanche Colon irritable homéopathie Maladie de Gilbert Spasme œsophagien Clostridium Enterococcus faecalis Calcul biliaire traitement naturel Appendicite Parasites intestinaux Fistule anale Péritonite Amibiase Typhoïde Hernie hiatale Cirrhose biliaire primitive Angiome du foie Syndrome hépato-rénal Dysenterie Colite spasmodique Colite ischémique Infarctus mésentérique Atrésie de l'œsophage Syndrome de Barrett Ulcère gastrique Ascaris Maladie de Whipple Dysenterie tropicale Éviter les remontées acides après un repas Intolérance au gluten Reflux gastro-oesophagien Côlon irritable Escherichia coli Parasitoses digestives Atrésie Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Calculs biliaires Dissoudre des calculs biliaires Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Soigner une hernie hiatale naturellement Syndrome d'Ogilvie Encéphalopathie hépatique Hépatomégalie Oesophagite Gastrite Diverticule de Meckel Intolérance au glucose Bézoard Anomalies de l’œsophage Achalasie Traiter un ténia ou ver solitaire Rectite Diverticule colique Bilharziose Fissure anale Traiter le reflux gastro- œsophagien Soigner les vers intestinaux Hépatite toxique Colopathes Dyspepsie Occlusion intestinale Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Traiter les oxyures Traiter l'helicobacter pylori Soigner une gastrite Sécheresse de la bouche MICI Abcès anal Kyste hydatique Intoxication alimentaire Choléra Stéatose hépatique Traitement de l'intestin irritable Atrophie villositaire Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Adénolymphite mésentérique Cirrhose du foie Helicobacter pylori traitement naturel Comment soigner une colopathie naturellement Vermifuge humain Cytolyse hépatique Cholécystite Angiocholite Hernie de Bochdalek Syndrome de Sadam Hypertension portale Maladie de Caroli Malabsorption du fer Maladie de Crohn Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Pancréatite aiguë Giardiase Intolérance au lactose Soigner une salmonellose Syndrome de Budd Chiari Hernie ombilicale Hépatite auto-immune Syndrome de Costen Lithiase salivaire Ulcère duodénal Maladie de Chagas Glossodynie Varices oesophagiennes Comment soigner l'escherichia coli Syndrome de l’intestin irritable Blanc de l'œil jaune Éventration abdominale Syndrome de Mallory Weiss Hernie diaphragmatique Soigner les ulcères gastriques Invagination Traitement du Clostridium difficile Syndrome dysentérique Prolapsus rectal Traiter une colopathie fonctionnelle Gastrite nerveuse Diverticule de l’oesophage Mâchoire qui craque Cholangite Hernie inguinale et crurale Hépatite virale Rectocolite hémorragique Maladie de Hirschsprung Cysticercose Colite Gastrite chronique Ankylostomiase