Sommaire

L'ankylostomiase est une infection parasitaire répandue dans les pays tropicaux et subtropicaux, et dans certaines régions d'Europe. Sa transmission est favorisée par un bas niveau d'hygiène. Non traitée, elle entraîne une anémie parfois importante.

On vous en parle tout de suite dans notre article !

Ankylostomiase : définition

L'ankylostomiase est une infection parasitaire causée par les ankylostomes, vers hématophages de la classe des nématodes.

Les deux nématodes responsables de l'infection sont Ancylostoma duodenale et Necator americanus.

Mode de transmission de l'ankylostomiase

Épidémiologie

L'ankylostomiase est très fréquente et toucherait plus de 1 300 millions d'individus dans le monde, répandue dans les régions tropicales et subtropicales ainsi qu'en Europe méditerranéenne (on parle de zones endémiques). Ceci s'explique par les exigences thermiques de la larve, qui a besoin d'un milieu chaud et humide pour survivre. 

L'infection est rare dans les pays européens mais elle peut être retrouvée dans des endroits où règne un microclimat comme les tunnels, mines ou briqueteries.

Par ailleurs, elle peut être observée chez les personnes en retour de zones endémiques.

Signes de l'ankylostomiase chez l'homme

L'homme est le seul hôte du parasite. On parle de maladie liée au péril fécal car les œufs du parasite sont éliminés dans les selles et, lorsque l'hygiène fécale est mauvaise, les œufs éclosent et se transforment en larves infestantes qui peuvent survivre plusieurs mois sur le sol humide et chaud.

La contamination par les larves se fait par voie transcutanée lors d'une marche pieds-nus ou de tout contact de la peau avec le sol humide.

Ankylostomiase : les phases d'infestation

On distingue 3 phases :

  • Passage transcutané, le plus souvent au niveau des pieds, rarement au niveau buccal ;
  • Phase d'invasion : après pénétration transcutanée, les larves migrent par voie sanguine dans la circulation générale, atteignent le cœur droit, la circulation pulmonaire puis remontent au carrefour aérodigestif où elles sont dégluties et passent dans l'intestin ;
  • Phase d'état : une fois parvenus à l'âge adulte (vers le 40ème jour), les vers se fixent à la muqueuse intestinale, qu'ils érodent, se nourrissant de quelques dizaines voire centaines de microlitres par jour.

Symptômes de l'ankylostomiase

Le passage transcutané se manifeste en 24 à 48 heures par une dermite d'inoculation, caractérisée par une démangeaison et une rougeur sur les points de contact avec le sol contaminé, qui disparaissent spontanément en quelques jours.

La phase d'invasion se traduit par des signes d'irritation associant une toux à une pharyngite et qui cèdent en une à deux semaines.

En phase d'état intestinale, 6 à 8 semaines après la contamination, l'installation des vers dans l'intestin entraîne :

  • les premiers mois, une inflammation avec douleurs, nausées, vomissements, diarrhée, perte d'appétit, amaigrissement, modification du goût ;
  • puis un passage vers des symptômes chroniques associant douleurs à l'estomac et troubles du transit avec tendance aux diarrhées ;
  • par la suite, en cas d'infestation importante, une anémie peut apparaître, généralement bien supportée mais parfois à l'origine d'une fatigue importante, d'une pâleur, de troubles de la croissance chez l'enfant, parfois d'un retentissement cardiaque ou de troubles neurologiques.

Diagnostic de l'ankylostomiase

L'ankylostomiase est évoquée devant des manifestations évocatrices dans un contexte de retour de voyage en zone endémique.

Un bilan sanguin met en évidence une anémie dont l'importance est variable. On peut retrouver, pendant la phase d'invasion, une augmentation de certains globules blancs (éosinophiles).

La certitude du diagnostic repose sur l'analyse des selles, à l'examen direct au microscope et après mise en culture (coproculture) à la recherche d'œufs et de larves.

En cas de recherche négative, il faut répéter l'examen.

Traitement de l'ankylostomiase

Le traitement fait appel à des médicaments antiparasitaires pris par voie orale en cure de quelques jours ou, pour certains, en prise unique.

La correction de l'anémie, si cette dernière est importante, peut comporter une recharge en fer par voie orale.

Un contrôle de l'examen des selles peut être réalisé à distance afin de vérifier l'absence de réinfestation, mais ça n'est pas systématique le traitement étant très efficace.

Ankylostomiase : moyens de prévention

La prévention générale consiste à lutter contre le péril fécal par :

  • amélioration de l'hygiène et éducation sanitaire ;
  • élimination des déjections humaines et des eaux usées ;
  • arrêt de l'utilisation des engrais humains ;
  • dépistage et traitement des porteurs.

Un traitement périodique est réalisé dans les zones de forte endémicité à raison d'une ou deux fois par an.

En cas de voyage en zone d'endémie, les moyens de prévention individuels consistent à :

  • éviter de marcher pieds-nus ;
  • éviter le contact de la peau nue avec la terre ;
  • porter des bottes en cas de passage dans des boues ou eaux stagnantes.

En zones tempérées, la prévention passe par le dépistage chez les travailleurs confrontés au risque d'infestation, et des mesures d'assèchement des mines et des tunnels.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Parasites intestinaux Comment soigner l'escherichia coli Dissoudre des calculs biliaires Sécheresse de la bouche Kyste hydatique Hernie inguinale et crurale Maladie de Whipple Bézoard Parasitoses digestives Invagination Ulcère duodénal 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Spasme œsophagien Dyspepsie Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Reflux gastro-oesophagien Malabsorption du fer Traiter un ténia ou ver solitaire Hépatomégalie Éviter les remontées acides après un repas Atrésie Intolérance au gluten Dysenterie Abcès anal Gastrite Fistule anale Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Helicobacter pylori traitement naturel Cirrhose biliaire primitive Diverticule de Meckel Soigner une gastrite Anti-acide Colopathes Côlon irritable Traiter le reflux gastro- œsophagien Ulcère gastrique Amibiase Cirrhose du foie Maladie de Crohn Maladie de Caroli Pancréatite aiguë Typhoïde Cholangite Appendicite Gastrite nerveuse Fissure anale Soigner une salmonellose MICI Blanc de l'œil jaune Occlusion intestinale Lavage d'estomac Colite Traiter les oxyures Régime FODMAP Diverticule colique Colite ischémique Traitement de l'intestin irritable Anomalies de l’œsophage Soigner les ulcères gastriques Choléra Syndrome de l’intestin irritable Diverticule de l’oesophage Vermifuge humain Traiter l'helicobacter pylori Hernie diaphragmatique Hépatite virale Hernie ombilicale Syndrome hépato-rénal Intolérance au glucose Oesophagite Rectite Syndrome de Costen Intolérance au lactose Hépatite auto-immune Syndrome de Barrett Bilharziose Giardiase Maladie de Gilbert Dysenterie tropicale Cholécystite Syndrome de Mallory Weiss Maladie coeliaque Soigner les vers intestinaux Enterococcus faecalis Cysticercose Achalasie Varices oesophagiennes Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Colite spasmodique Colon irritable homéopathie Hernie de Bochdalek Hernie de la ligne blanche Gastrite chronique Ankylostomiase Syndrome d'Ogilvie Hernie hiatale Clostridium Adénolymphite mésentérique Traiter une colopathie fonctionnelle Angiome du foie Lithiase salivaire Rectocolite hémorragique Glossodynie Hépatite toxique Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Prolapsus rectal Ascaris Infarctus mésentérique Éventration abdominale Escherichia coli Intoxication alimentaire Comment soigner une colopathie naturellement Stéatose hépatique Syndrome dysentérique Encéphalopathie hépatique Syndrome de Sadam Insuffisance hépatique Maladie de Chagas Soigner une hernie hiatale naturellement Calcul biliaire traitement naturel Calculs biliaires Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Atrésie de l'œsophage Hypertension portale Cytolyse hépatique Syndrome de Budd Chiari Maladie de Hirschsprung Angiocholite Mâchoire qui craque Atrophie villositaire Péritonite Traitement du Clostridium difficile Stase stercorale