Sommaire

La cysticercose est une infection parasitaire de l'homme lié à l'ingestion d'œufs microscopiques d'un ver : le Taenia solium. Cette dernière est observée dans les régions tropicales ou subtropicales ; les principaux foyers étant l'Amérique centrale, l'Afrique et l'Asie mais encore à Madagascar et à la Réunion.

La cysticercose : caractéristiques

Le Taenia solium, agent pathogène de la cysticercose

Le Taenia solium est un ver plat (embranchement des plathelminthes, classe des cestodes) présent partout dans le monde. Ce ver hermaphrodite segmenté en forme de ruban est un parasite intestinal de l'Hommeet peut atteindre jusqu'à huit mètres de long.

Le ver se rencontre sous forme adulte dans l'intestin humain, sous sa forme larvaire dans les muscles du porc et ses œufs sont retrouvés dans eaux usés contaminés par les déjections.

Spécificités de la cysticercose

La cysticercose est une des formes d'infection parasitaire du Taenia solium. La cysticercose touche les pays sous-développés où les conditions d'hygiène liées aux déjections (humaines ou animales) sont mauvaises et où il y existe une promiscuité entre l'homme et les porcs, celui-ci étant l'hôte intermédiaire.

La cysticercose est due à l'ingestion d'œufs du Taenia solium et provoque des kystes au niveau des muscles, des yeux ou du cerveau.

La cysticercose est à différencier du taeniasis, infection uniquement intestinale (pas de diffusion sanguine) mais cette fois-ci provoquée uniquement par ingestion de larves (et non par les œufs) enkystés dans la viande de porc.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Mode de contamination de la cysticercose

Cycle du parasite

Le cycle du Taenia solium comporte deux hôtes :

  • un hôte intermédiaire, le porc ;
  • un hôte définitif, l'homme.

L'hôte définitif du ver est contaminé par ingestion des larves dans la viande de porc insuffisamment cuite et le ver se développe alors au niveau intestinal, pour enfin devenir adulte (on parle alors de taeniasis).

Par ses déjections, l'homme infecté rejette dans l'environnement les œufs du parasite qui résistent à l'eau et à la sécheresse.

Le porc ingère alors ses œufs qui libèrent des embryons et franchissent la paroi intestinale pour diffuser dans le sang et se loger dans les muscles, les yeux, la colonne vertébrale, le cerveau ou les tissus sous la peau.

Ces embryons vont devenir des kystes contenant chacun une larve : la cysticerque.

Développement de la cysticercose

Dans la cysticercose, l'homme est un hôte accidentel : le parasite ne peut plus continuer son cycle et l'homme subit alors le même sort que le porc : ingestion des œufs et diffusion sanguine (musculaire, oculaire et cérébrale).

L'homme est contaminé en buvant des eaux usées, en mangeant des fruits et des légumes contaminés ou encore lors d'une mauvaise hygiène des mains, d'où le fait que cette maladie soit particulièrement développée dans des zones pauvres.

Les symptômes cliniques de la cysticercose

Les symptômes de la cysticercose sont très variés, non spécifiques et leur évolution souvent imprévisible. Elle demeure néanmoins une infection bénigne dans la majorité des cas.

Selon certaines études, environ 30 % des personnes infectées ne présenteraient pas de symptômes. Dans les autres cas, les symptômes peuvent apparaître de quelques mois à quelque années et dépendent de la localisation des cysticerques :

  • dans le cerveau, car la neurocysticercose provoque principalement :
    • des crises d'épilepsie avec ou sans convulsion ;
    • des céphalées (maux de tête) ;
    • des déficits moteurs (impossibilité de bouger les bras ou les jambes) ;
    • des déficits sensoriels ;
    • une perte de la coordination ;
    • des hémorragies cérébrales est des infarctus cérébraux (artères cérébrales qui se bouchent).
  • dans les yeux : la cysticercose oculaire peut entraîner une baisse de la vue jusqu'à la perte totale de la vue ;
  • dans les muscles : il peut en résulter des douleurs et une faiblesse musculaires ;
  • sous la peau : des kystes cutanés parfois visibles sont palpables.

Le diagnostic de la cysticercose

Le diagnostic est peu évident car les symptômes sont très variés. Il repose sur :

  • l'imagerie médicale (radiologie, scanner, IRM...) ;
  • la palpation et la biopsie des kystes sous-cutanés ;
  • les résultats d'analyses médicales.

Les œufs sont recherchés dans le selles soit au microscope soit par détection de l'ADN (PCR : Polymerase Chain Reaction).

La recherche d'anticorps dans le sang et les voyages en zones d'infestation (Amérique centrale, Afrique...) contribue également au diagnostic.

Cysticercose : traitement et prévention

Prévention

La diffusion de la cysticercose repose sur le bon déroulement du cycle parasitaire du Taenia solium.

Des mesures préventives doivent être mises en place pour prévenir la cysticercose et passe par l'amélioration de l'assainissement et le contrôle des élevages porcins.

Des campagnes d'information sont nécessaires à l'éradication de la cysticercose, pour expliquer aux populations la nécessité d'avoir une bonne hygiène des mains notamment, ou encore de bien congeler puis cuire la viande porcine avant consommation.

Traitement

Le traitement de la cysticercose dépend de la migration du ver mais repose en général sur un antiparasitaire : l'albendazole, sauf dans la forme cérébrale où la chirurgie est recommandée sans antiparasitaire.

La dose d'albendazole à administrer est de 15 mg/kg et par jour, pour une durée de deux jours à plus d'un mois, selon les zones anatomiques touchées. Le traitement implique également la prise de corticoïdes.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Traiter l'helicobacter pylori Clostridium Calcul biliaire traitement naturel Cirrhose du foie Colopathes Maladie de Caroli Maladie de Gilbert Maladie de Hirschsprung Syndrome dysentérique Kyste hydatique Syndrome de Sadam Glossodynie Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Cholangite Soigner une gastrite Intolérance au lactose Traitement du Clostridium difficile Encéphalopathie hépatique Hypertension portale Rectite Cholécystite Intolérance au glucose Côlon irritable Helicobacter pylori traitement naturel Ankylostomiase Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Hernie diaphragmatique Fissure anale Diverticule colique Hernie hiatale Malabsorption du fer Cirrhose biliaire primitive Comment soigner l'escherichia coli Anomalies de l’œsophage Sécheresse de la bouche Soigner les vers intestinaux Enterococcus faecalis Traiter une colopathie fonctionnelle Syndrome de l’intestin irritable Colite spasmodique Calculs biliaires Parasitoses digestives Hernie ombilicale Angiocholite Reflux gastro-oesophagien Occlusion intestinale Syndrome de Budd Chiari Hernie de la ligne blanche Adénolymphite mésentérique Soigner une hernie hiatale naturellement Intoxication alimentaire Intolérance au gluten Dyspepsie Colon irritable homéopathie Traitement de l'intestin irritable Syndrome de Barrett Traiter les oxyures Gastrite nerveuse Infarctus mésentérique Diverticule de l’oesophage Pancréatite aiguë Régime FODMAP Syndrome d'Ogilvie Amibiase Comment soigner une colopathie naturellement Parasites intestinaux Hépatite virale Syndrome hépato-rénal Anti-acide Maladie de Crohn Péritonite Soigner une salmonellose Hépatomégalie Maladie de Whipple Atrophie villositaire Colite ischémique Insuffisance hépatique Syndrome de Mallory Weiss Hépatite auto-immune Rectocolite hémorragique Invagination Lavage d'estomac Blanc de l'œil jaune Ascaris Hernie inguinale et crurale 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Hépatite toxique Mâchoire qui craque Dissoudre des calculs biliaires Stéatose hépatique Soigner les ulcères gastriques Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Diverticule de Meckel Syndrome de Costen Éviter les remontées acides après un repas Prolapsus rectal Typhoïde Angiome du foie Lithiase salivaire Bilharziose Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Choléra Colite Atrésie Traiter un ténia ou ver solitaire Traiter le reflux gastro- œsophagien Appendicite Atrésie de l'œsophage Spasme œsophagien Gastrite MICI Abcès anal Maladie coeliaque Oesophagite Cytolyse hépatique Fistule anale Bézoard Dysenterie Dysenterie tropicale Stase stercorale Ulcère gastrique Varices oesophagiennes Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Vermifuge humain Achalasie Hernie de Bochdalek Ulcère duodénal Éventration abdominale Cysticercose Giardiase Escherichia coli Maladie de Chagas Gastrite chronique