Sommaire

L'opération de Nissen est une opération chirurgicale réalisée sur l'œsophage et l'estomac, deux organes de l'appareil digestif. Elle a pour objectif de corriger et d'éviter le reflux de l'estomac vers l'œsophage, c'est-à-dire d'empêcher le déplacement de l'estomac ou de son contenu vers l'œsophage. Faisons le point sur cette pratique médicale.

Lire l'article Ooreka

Dans quels cas l'opération de Nissen est-elle pratiquée ?

L'opération de Nissen peut être réalisée lors de l'échec d'un traitement médicamenteux dans le cadre de deux pathologies :

  • Lors d'une hernie hiatale, qui désigne une remontée du haut de l'estomac passant à travers l'orifice du diaphragme, nommé hiatus, dans lequel passe habituellement l'œsophage et les nerfs pneumogastriques ;
  • Lors d'un reflux gastro-œsophagien, qui correspond à une remontée du contenu de l'estomac vers l'œsophage.

L'objectif de l'opération de Nissen consiste à réduire la hernie, c'est-à-dire le déplacement d'une partie de l'estomac, ainsi qu'à réduire le hiatus, c'est-à-dire l'orifice du diaphragme par lequel l'estomac ou son contenu sont remontés. L'enjeu de l'opération est de ne pas pour autant compresser l'œsophage, organe essentiel au transport des aliments vers l'estomac.

Comment se déroule l'opération de Nissen ?

L'opération de Nissen est une intervention réalisée sous cœlioscopie, c'est-à-dire une opération à ventre fermé, sans ouvrir la paroi abdominale. Pour cela, l'opération nécessite l'utilisation d'un tube muni d'une caméra, qui est introduit à travers une petite incision au niveau de l'ombilic, plus connu sous le nom de nombril. Guidé par caméra, le chirurgien réalise l'opération grâce à des trocarts, des instruments chirurgicaux qui ont la forme de grandes aiguilles.

D'une durée de 1 h 30 à 2h, l'opération de Nissen se déroule en deux étapes :

  1. La première étape consiste à détacher la partie basse de l'œsophage et la partie haute de l'estomac des différents tissus et organes auxquels ils sont habituellement rattachés. Dans le cadre d'une hernie hiatale, l'estomac et l'œsophage sont replacés à leur position d'origine, et le hiatus peut être rétréci.
  2. La seconde étape consiste à créer une valve pour bloquer le reflux gastro-œsophagien en utilisant la grosse tubérosité de l'estomac, c'est-à-dire la portion la plus volumineuse de l'estomac. Cette dernière est passée à l'arrière puis autour de l'œsophage pour créer une valve. Dans certains cas, l'encerclement de l'œsophage n'est que partiel : on parle d'opération demi-Nissen ou d'opération de Toquet.
Lire l'article Ooreka

Quelles sont les suites opératoires ?

Les suites opératoires à l'hôpital

Dans certains cas, le chirurgien peut placer un redon, c'est-à-dire un tuyau en plastique sortant du flanc gauche et facilitant le drainage ou la circulation des fluides corporels (tels que le sang) pour une meilleure cicatrisation. Une sonde vésicale peut également être installée au niveau de la vessie pour faciliter l'écoulement de l'urine. Ces dispositifs sont généralement retirés le lendemain ou le surlendemain.

Afin d'effectuer un contrôle, une radiographie est réalisée le lendemain de l'opération. Si aucune complication opératoire n'est identifiée, le patient reste généralement pendant 4 à 5 jours à l'hôpital avant de pouvoir rentrer à son domicile.

Les suite opératoires à domicile

Un arrêt médical d'un mois est instauré jusqu'à la prochaine consultation avec le chirurgien. Durant ce mois d'arrêt, une alimentation spécifique et un traitement médicamenteux sont prescrits au patient. L'alimentation est constituée de repas fractionnés et moulinés pour être plus facilement assimilés par l'organisme. De la même façon, les comprimés et les gélules prescrits doivent être ouverts ou broyés avant la prise par le patient. Il est également important d'éviter toute boisson gazeuse pouvant distendre l'estomac.

Les complications possibles

Dans certains cas, l'opération de Nissen peut être suivie de certaines complications comme :

  • Des troubles fonctionnels digestifs, comme par exemple des nausées, des douleurs abdominales, une distension abdominale, ou encore une dysphagie, c'est-à-dire une difficulté à avaler les aliments ;
  • L'apparition d'une plaie au niveau de l'œsophage ;
  • Une hémorragie, c'est-à-dire un écoulement de sang en dehors de la circulation sanguine ;
  • Un pneumothorax, c'est-à-dire une affection de la plèvre, membrane située entre les poumons et la cage thoracique.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Hépatite virale Helicobacter pylori traitement naturel Soigner une hernie hiatale naturellement Atrophie villositaire Cirrhose biliaire primitive Traitement de l'intestin irritable Clostridium Occlusion intestinale Escherichia coli Dysenterie tropicale Parasites intestinaux Cholangite Traiter l'helicobacter pylori Maladie coeliaque Côlon irritable Diverticule colique Hépatite toxique Pancréatite aiguë Atrésie de l'œsophage Péritonite Intolérance au glucose Giardiase Soigner les ulcères gastriques Hernie diaphragmatique Varices oesophagiennes Syndrome de Mallory Weiss Angiome du foie Anti-acide Cysticercose Éventration abdominale Traiter une colopathie fonctionnelle Calculs biliaires Glossodynie Maladie de Chagas Intolérance au gluten Rectocolite hémorragique Maladie de Crohn Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Fissure anale Colopathes Dyspepsie Calcul biliaire traitement naturel Enterococcus faecalis Encéphalopathie hépatique Rectite Achalasie Maladie de Hirschsprung Cirrhose du foie Colite Syndrome dysentérique Intolérance au lactose Comment soigner une colopathie naturellement Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Atrésie Hernie inguinale et crurale Maladie de Caroli Infarctus mésentérique Soigner une salmonellose Appendicite Fistule anale Insuffisance hépatique Syndrome d'Ogilvie Stéatose hépatique Gastrite chronique Colite spasmodique Maladie de Whipple Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Hernie de Bochdalek Colon irritable homéopathie Colite ischémique Spasme œsophagien Lithiase salivaire Angiocholite Sécheresse de la bouche Choléra Reflux gastro-oesophagien Blanc de l'œil jaune Syndrome de Costen Hernie de la ligne blanche Syndrome de Barrett Syndrome de Sadam Traitement du Clostridium difficile Hépatomégalie Typhoïde Régime FODMAP Syndrome hépato-rénal Amibiase Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Kyste hydatique Gastrite nerveuse Vermifuge humain Comment soigner l'escherichia coli Oesophagite Cholécystite 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Intoxication alimentaire Maladie de Gilbert Malabsorption du fer Cytolyse hépatique Stase stercorale Hernie ombilicale Lavage d'estomac Parasitoses digestives Traiter un ténia ou ver solitaire Ulcère gastrique Traiter les oxyures Hypertension portale Dissoudre des calculs biliaires Soigner une gastrite Ankylostomiase Ulcère duodénal Anomalies de l’œsophage Diverticule de Meckel Éviter les remontées acides après un repas Syndrome de Budd Chiari Adénolymphite mésentérique Hépatite auto-immune Invagination Hernie hiatale Bilharziose Gastrite Abcès anal Soigner les vers intestinaux Bézoard MICI Syndrome de l’intestin irritable Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Prolapsus rectal Ascaris Dysenterie Mâchoire qui craque Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Traiter le reflux gastro- œsophagien Diverticule de l’oesophage