Sommaire

La sécheresse de la bouche, également nommée xérostomie, est liée à une insuffisance de sécrétion salivaire (hyposialie) voire à une absence de salive.

Elle est le plus souvent bénigne mais peut aussi être liée à une maladie sous-jacente. Faisons le point ensemble.

Sécheresse de la bouche et autres symptômes

La sécheresse de la bouche peut s'accompagner d'autres symptômes :

  • une soif accrue ;
  • une sécheresse de la gorge ;
  • une sensation de brûlure buccale, de fendillement des lèvres ou de la langue voire de plaies ;
  • la mastication des aliments est difficile ;
  • le port d'un appareil dentaire peut être douloureux ;
  • une mauvaise haleine ou halitose.

Causes de la sécheresse de la bouche

Les principales causes de sécheresse de la bouche sont :

  • l'avancé en âge, qui favorise une diminution de la sécrétion de la salive par les glandes salivaires ;
  • le stress ;
  • le tabac ;
  • la respiration par la bouche la nuit, favorisant la sécheresse ;
  • un épisode de déshydratation ;
  • certains médicaments : antidépresseurs, anti-histaminiques, diurétiques, anti-psychotiques, anxiolytiques, morphiniques, anti-épileptiques, anti-parkinsoniens, certains bronchodilatateurs anticholinergiques, myorelaxants, les amphétamines, le cannabis... ;
  • certaines maladies : le syndrome de Gougerot Sjögren (maladie auto-immune responsable du syndrome sec, touche plus particulièrement les femmes entre 40 et 60 ans), l'infection par le VIH (Sida), le diabète, la maladie rénale chronique, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Parkinson, etc. ;
  • la radiothérapie avec irradiation des glandes salivaires lors de cancers de la tête ou du cou ;
  • certains traitements chimiothérapiques ;
  • des lésions nerveuses suite à une atteinte ou une chirurgie au niveau de la tête ;
  • l'ablation des glandes salivaires.

Conséquences liées à la sécheresse de la bouche

La salive est fabriquée par les glandes salivaires (parotides, glandes sub-linguales ou sous-maxillaires). Sa production est de 500 à 600 ml par 24h ; le débit est nul la nuit et abondant au moment des repas.

Une diminution de production de salive ou une absence totale de salive a de nombreuses incidences :

  • Un risque infectieux : la diminution de la salive favorise les infections bactériennes et les champignons, les caries, la plaque dentaire et la gingivite (par défaut de neutralisation des acides).
  • Une altération de la digestion : la nourriture ne sera pas ramollie, mastiquée correctement, sa déglutition (dysphagie) et son transfert dans l'estomac seront plus difficiles. De plus, l'amorce de la digestion ne s'effectuera pas ou mal (car la salive contient des enzymes notamment les amylases et lipases qui ont un rôle important dans le début de la digestion des aliments).
  • Une altération de la perception du goût : dysgueusie ;
  • Une difficulté pour s'exprimer avec une production des sons difficile (dysphonie).

Sécheresse de la bouche : traitement d'une xérostomie avérée

En cas de sécheresse de la bouche, il est important de consulter un médecin. Ce dernier procédera :

  • à un interrogatoire soigneux à la recherche de la prise d'un médicament, d'antécédents de cancer ou de chirurgie ou encore de signes révélant l'existence d'une pathologie sous-jacente ;
  • à des tests salivaires à la recherche d'une hyposalivation, (par exemple : émettre moins de 1,5 ml de salive en 15 minutes) ;
  • à la demande d'une analyse chimique de la salive ;
  • à la demande d'une scintigraphie des glandes salivaires (permettant d'observer leur fonctionnement) ;
  • à la demande d'examens sanguins à la recherche d'une maladie auto-immune.

Si la xérostomie est confirmée par le médecin, voici les traitements envisageables :

  • Si la sécheresse provient d'un médicament : le médecin ajustera la dose ou procèdera à sa substitution à l'aide d'une autre molécule médicamenteuse.
  • Un médicament (chlorhydrate de pilocarpine ou anétholrithione) stimulant la production de salive (dans le cas où les glandes salivaires soient encore capables de sécrétion) peut être prescrit.
  • Des substituts de la salive (salive artificielle) peuvent être utilisés.

Quelques conseils en cas de sécheresse de la bouche

Voici nos conseils en cas de sécheresse buccale :

  • boire régulièrement ;
  • éventuellement sucer des bonbons sans sucre stimulant ainsi la sécrétion de salive ;
  • éviter les aliments salés, secs ou collants (riz, fruits secs, chips...) ;
  • éviter la caféine ;
  • éviter les boissons alcoolisées ;
  • réduire sa consommation de tabac voire l'arrêter ;
  • privilégier les aliments mous tels que la purée, les flans, les soupes... ;
  • se rincer la bouche avant et après les repas à l'aide de solutions salées ou bicarbonatées ou autre selon l'avis de votre dentiste ;
  • utiliser un humidificateur d'ambiance ;
  • consulter régulièrement son dentiste.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Amibiase Comment soigner l'escherichia coli Traitement du Clostridium difficile Calculs biliaires Fissure anale Escherichia coli Ascaris Angiocholite Helicobacter pylori traitement naturel Hernie de Bochdalek Intolérance au lactose Dyspepsie Éventration abdominale Bilharziose Maladie de Caroli Reflux gastro-oesophagien Hypertension portale Syndrome hépato-rénal Côlon irritable Traiter l'helicobacter pylori Traitement de l'intestin irritable Prolapsus rectal Lithiase salivaire Ulcère duodénal Atrésie de l'œsophage Mâchoire qui craque Diverticule de l’oesophage Rectite Maladie de Gilbert Rectocolite hémorragique Achalasie Occlusion intestinale Ankylostomiase Appendicite Clostridium Lavage d'estomac Intoxication alimentaire Atrésie Hernie de la ligne blanche Soigner les vers intestinaux Dysenterie tropicale Cytolyse hépatique Cysticercose Comment soigner une colopathie naturellement Gastrite nerveuse Soigner une hernie hiatale naturellement Hernie inguinale et crurale Calcul biliaire traitement naturel Cirrhose biliaire primitive Syndrome de Mallory Weiss Colite Hernie diaphragmatique Giardiase Ulcère gastrique 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Traiter un ténia ou ver solitaire Anomalies de l’œsophage Syndrome de Budd Chiari Kyste hydatique Bézoard Diverticule de Meckel Invagination Traiter une colopathie fonctionnelle Régime FODMAP Syndrome de Sadam Dissoudre des calculs biliaires Maladie de Chagas Diverticule colique Gastrite chronique Varices oesophagiennes Pancréatite aiguë Insuffisance hépatique Maladie de Crohn Parasitoses digestives Soigner une salmonellose Syndrome de l’intestin irritable Parasites intestinaux Colite spasmodique Colon irritable homéopathie Colite ischémique Maladie de Hirschsprung Intolérance au gluten Stéatose hépatique Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Anti-acide Encéphalopathie hépatique Stase stercorale Syndrome de Costen Oesophagite Syndrome de Barrett Cholangite Maladie coeliaque Choléra Glossodynie Péritonite Traiter le reflux gastro- œsophagien Hépatite toxique Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Atrophie villositaire Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Cholécystite Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Hernie ombilicale Malabsorption du fer Blanc de l'œil jaune Hépatite virale Vermifuge humain Soigner les ulcères gastriques Abcès anal Hépatomégalie Enterococcus faecalis Adénolymphite mésentérique Traiter les oxyures Maladie de Whipple Infarctus mésentérique Spasme œsophagien Hernie hiatale MICI Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Colopathes Syndrome d'Ogilvie Dysenterie Soigner une gastrite Angiome du foie Syndrome dysentérique Intolérance au glucose Hépatite auto-immune Fistule anale Cirrhose du foie Gastrite Éviter les remontées acides après un repas Typhoïde Sécheresse de la bouche Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable