Syndrome de l’intestin irritable

Sommaire

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est un trouble digestif chronique courant dans la population adulte. D'origine méconnue et bénin, il provoque des symptômes susceptibles de compromettre la qualité de vie des patients. Plusieurs traitements peuvent toutefois réduire l’intensité des symptômes et une bonne hygiène de vie contribue à limiter les conséquences de ce syndrome.

Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin irritable ?

Le syndrome de l’intestin irritable, également appelé « syndrome du côlon irritable », « colopathie fonctionnelle » ou « côlon spasmodique », est un trouble gastro-intestinal fréquent qui touche près de 5 % de la population adulte en France. Il s’agit d’un phénomène chronique qui affecte les personnes au moins un jour par semaine pendant au minimum 3 mois consécutifs.

Aucun facteur déclenchant n’a pu être mis en évidence. Toutefois, cette affection est parfois chez certains patients à d’autres problèmes de santé :

Comprendre le mécanisme du syndrome de l’intestin irritable

Actuellement, les causes exactes et le mécanisme pathologique du syndrome de l’intestin irritable ne sont pas totalement élucidés. Un certain nombre de facteurs semblent toutefois intervenir :

  • des troubles de la motricité intestinale (péristaltisme) ;
  • des antécédents de gastro-entérites* ;
  • une inflammation de la muqueuse intestinale ;
  • une altération de la flore intestinale ;
  • des troubles d’absorption intestinale des nutriments ;
  • une hypersensibilité de l’appareil digestif ;
  • le stress et les facteurs psychologiques ;
  • une prédisposition génétique ;
  • des facteurs environnementaux dont font partie certaines habitudes alimentaires (la viande rouge, les sucres raffinés, les aliments transformés et les acides gras saturés favorisent la dysbiose intestinale, la rupture de la barrière intestinale ou « leaky-gut syndrome » et la perturbation du système immunitaire du fait de l’intolérance des cellules T).

*Selon le professeur Guy Boeckxstaens, gastro-entérologue à l'université de Leuven (Belgique), le système immunitaire serait devenu sensible aux aliments présents dans l'intestin à l'occasion d'une infection intestinale. Pour éprouver cette hypothèse, une infection intestinale a été provoquée chez des souris étant nourries avec de l'ovalbumine (protéine de l'œuf). Après avoir guéri naturellement (grâce à l'action de leur système immunitaire), les médecins ont à nouveau nourri les animaux avec l'ovalbumine. Ils ont alors observé l'activation des mastocytes (cellules immunitaires), la sécrétion d'histamine et la survenue de douleurs abdominales caractéristiques du SII.

Les symptômes du syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable se caractérise par un ensemble de signes spécifiques :

Selon les personnes et l’intensité des symptômes, le syndrome est plus ou moins sévère. Avec le temps, les symptômes peuvent évoluer selon trois modes :

  • une modification des troubles digestifs (passage de la diarrhée à la constipation ou inversement) ;
  • une régression (voire une disparition) des symptômes ;
  • une aggravation des troubles.

Le diagnostic du syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable est une maladie bénigne, mais qui peut altérer la qualité de vie des patients. Son diagnostic reste délicat et survient généralement après avoir éliminé toutes les autres causes de troubles digestifs chroniques. Des examens complémentaires peuvent ainsi être nécessaires pour s’assurer que la personne ne souffre pas d’une pathologie intestinale grave (maladie inflammatoire, tumeur...) :

  • des analyses de sang ou de selles ;
  • une coloscopie ;
  • des examens radiologiques et échographiques.

Syndrome de l’intestin irritable : quels traitements ?

Aujourd'hui, il n’existe pas de recommandations des autorités de santé sur la prise en charge médicale du syndrome de l’intestin irritable. Le traitement vise à soulager les différents symptômes du patient pour améliorer sa qualité de vie et atténuer les conséquences de la maladie.

Le traitement peut ainsi associer différents aspects :

  • des médicaments antispasmodiques pour atténuer les douleurs abdominales et les spasmes ;
  • les pansements intestinaux, l’argile verte ou les laxatifs pour les patients souffrant de constipation ;
  • des ralentisseurs du transit intestinal pour les diarrhées ;
  • des antiseptiques intestinaux ;
  • des antidépresseurs à des doses inférieures au traitement de la dépression ;
  • des médecines douces et des méthodes alternatives :
  • Des probiotiques pour rééquilibrer la flore intestinale : le Bifidobacterium infantis 35624® (à raison de 1 gélule par jour) est la souche bactérienne qui présente les meilleures preuves d’efficacité en cas de SII. Elle diminue les douleurs, les ballonnements et normalise le transit intestinal, qu'il s'agisse de diarrhée, de constipation ou des deux.
  • Plus radicale et probablement plus durable que les probiotiques, la transplantation de microbiote fécal (TMF) apparaît comme une technique sûre permettant de recouvrir un microbiote intestinal riche et diversifié en une fois et de façon durable. Elle a déjà apporté la preuve de son efficacité, sans effets indésirables graves notifiés, dans la prévention des récidives d’infection à Clostridium difficile.
Consulter la fiche pratique Ooreka

Syndrome de l’intestin irritable et hygiène de vie

Le syndrome de l’intestin irritable est une affection chronique avec laquelle le patient doit apprendre à vivre. Une bonne hygiène de vie peut contribuer à atténuer les symptômes de la maladie et ainsi réduire ses conséquences sur la qualité de vie :

  • la pratique d’une activité physique régulière (favorisant une bonne motricité intestinale) ;
  • le sevrage tabagique ;
  • une limitation du stress ;
  • une alimentation saine et équilibrée, respectant un certain nombre de règles :
    • l’absence de grignotage et la prise de 3 repas par jour,
    • une bonne mastication des aliments,
    • une alimentation riche en fibres pour les personnes ayant tendance à la constipation,
    • des fruits et légumes cuits au lieu de crus pour ceux souffrant de diarrhée,
    • une consommation limitée de légumes secs, chewing-gum et sodas pour les personnes ayant des ballonnements fréquents,
    • une consommation limitée d’alcool et d’aliments épicés.

Vous pouvez néanmoins consommer du safran qui a fait la preuve de son action sur le microbiote intestinal et de son efficacité pour soulager les douleurs ressenties dans des maladies telles que le syndrome de l'intestin irritable.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Helicobacter pylori traitement naturel Ankylostomiase 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Invagination Colite ischémique Hernie ombilicale Diverticule de l’oesophage Ascaris MICI Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Soigner les vers intestinaux Colite spasmodique Maladie de Whipple Choléra Hépatomégalie Colite Maladie de Gilbert Escherichia coli Atrésie de l'œsophage Syndrome dysentérique Gastrite Ulcère gastrique Calcul biliaire traitement naturel Syndrome de l’intestin irritable Dissoudre des calculs biliaires Hernie inguinale et crurale Insuffisance hépatique Comment soigner l'escherichia coli Varices oesophagiennes Cytolyse hépatique Soigner une gastrite Oesophagite Atrophie villositaire Mâchoire qui craque Côlon irritable Syndrome de Sadam Traiter l'helicobacter pylori Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Adénolymphite mésentérique Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Syndrome de Barrett Giardiase Éventration abdominale Anomalies de l’œsophage Calculs biliaires Péritonite Appendicite Lithiase salivaire Prolapsus rectal Comment soigner une colopathie naturellement Intolérance au glucose Hernie de Bochdalek Cysticercose Syndrome de Budd Chiari Bilharziose Colon irritable homéopathie Syndrome de Mallory Weiss Hypertension portale Achalasie Malabsorption du fer Soigner les ulcères gastriques Maladie de Chagas Intolérance au gluten Soigner une hernie hiatale naturellement Anti-acide Blanc de l'œil jaune Dyspepsie Intolérance au lactose Glossodynie Stase stercorale Dysenterie tropicale Maladie de Caroli Syndrome d'Ogilvie Rectite Intoxication alimentaire Éviter les remontées acides après un repas Maladie coeliaque Traitement du Clostridium difficile Traiter une colopathie fonctionnelle Fissure anale Parasitoses digestives Sécheresse de la bouche Traiter un ténia ou ver solitaire Typhoïde Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Rectocolite hémorragique Cirrhose du foie Lavage d'estomac Maladie de Crohn Soigner une salmonellose Amibiase Infarctus mésentérique Angiome du foie Atrésie Spasme œsophagien Angiocholite Traiter les oxyures Maladie de Hirschsprung Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Fistule anale Kyste hydatique Enterococcus faecalis Hépatite toxique Régime FODMAP Pancréatite aiguë Traiter le reflux gastro- œsophagien Stéatose hépatique Gastrite nerveuse Colopathes Encéphalopathie hépatique Traitement de l'intestin irritable Hernie de la ligne blanche Hépatite auto-immune Cirrhose biliaire primitive Cholécystite Hernie diaphragmatique Parasites intestinaux Hernie hiatale Dysenterie Cholangite Syndrome hépato-rénal Vermifuge humain Diverticule colique Syndrome de Costen Occlusion intestinale Diverticule de Meckel Clostridium Ulcère duodénal Bézoard Abcès anal Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Gastrite chronique Reflux gastro-oesophagien Hépatite virale

Ces pros peuvent vous aider