Sommaire

L'appendicite est une inflammation de l'appendice situé à l'extrémité du cæcum. C'est le motif le plus fréquent d'intervention chirurgicale sur l'abdomen.

Causes de l'appendicite

L'appendicite est due à une pullulation bactérienne dans le cul-de-sac que constitue l'appendice. Les germes en cause sont les germes habituels présents dans le côlon, mais on ignore généralement pourquoi ils se mettent à proliférer.

Quelques facteurs favorisants ont été évoqués, sans preuve formelle de leur implication : les régimes trop riches en viande, les parasitoses digestives, dont les oxyures.

Les infections virales saisonnières, tels les syndromes grippaux, peuvent donner un faux tableau d'appendicite dû à la réaction de ganglions dans le péritoine (adénite mésentérique) qui n'est souvent découvert que pendant l'intervention chirurgicale.

Symptômes de l'appendicite

La douleur

La douleur existe presque toujours :

  • ressentie en général dans la fosse iliaque droite, elle est maximale au point de Mac Burney, à mi-distance entre l'ombilic et la crête de l'os iliaque ;
  • son intensité variable, sans aucune relation entre l'intensité de la douleur et la gravité de l'appendicite, peut retarder l'appel à tort au médecin ;
  • elle peut être ressentie dans le dos, la région lombaire ou sous le foie lorsque l'appendice n'est pas à sa place habituelle (appendice rétrocaecal, sous-hépatique), voire du côté gauche de l'abdomen ;

À l'inverse, des douleurs de la fosse iliaque droite peuvent être dues à d'autres causes que l'appendicite : calcul ou infection biliaire, infection urinaire ou génitale, pneumonie droite par exemple.

Autres signes

On observe dès le début ou après quelques heures d'évolution

  • une fièvre modérée, comprise entre 38 °C et 38,5 °C ;
  • des nausées, des vomissements ;
  • une constipation inhabituelle, parfois une diarrhée.

L'appendicite peut se révéler d'emblée par sa complication majeure : une péritonite avec occlusion intestinale.

Lire l'article Ooreka

Évolution et examens de l'appendicite

Évolution

Sans traitement, l'appendicite évolue presque toujours vers une péritonite. C'est le risque principal, notamment chez le nourrisson et la personne très âgée, lorsque la douleur est très faible ou difficile à localiser.

Après l'opération d'appendicectomie, la guérison en quelques jours est la règle sauf complication infectieuse (abcès, péritonite).

Examens

Toute suspicion d'appendicite est adressée au chirurgien par le médecin.

La numération sanguine confirme généralement une infection avec une élévation du nombre de globules bancs (leucocytes) polynucléaires, mais cette élévation s'observe dans toutes les infections bactériennes.

Demandée en cas de doute uniquement, une échographie peut confirmer la dilatation ou l'empâtement de l'appendice.

Toutefois, chez l'enfant de moins de 5 ans (chez qui l'appendicite est rare, représentant seulement 10 % des cas pédiatriques), en dépit des marqueurs inflammatoires et de l’imagerie, le taux d’erreur de diagnostic peut atteindre 50 %. Cela s'explique par les symptômes peu spécifiques, du chevauchement des symptômes avec des maladies communes et de la difficulté de communication des enfants.

En définitive, chez les enfants,  seule l’échographie abdominale a une sensibilité et une spécificité proches de 100 % si la durée des symptômes excède 12 heures.

Traitement de l'appendicite

L'appendicectomie

Le seul traitement de l'appendicite aiguë est l'ablation chirurgicale de l'appendice ou appendicectomie, pratiquée depuis 1735 et bien réglée depuis la fin du XIXe siècle.

L'appendicectomie peut se pratiquer par une incision classique, dans la fosse iliaque droite, ou par cœlioscopie avec une incision minime sous l'ombilic. Les résultats sont équivalents avec les deux techniques.

La principale complication opératoire, assez rare, est l'abcès de paroi sur la cicatrice.

Au cours de l'intervention, le chirurgien vérifie habituellement la présence sur l'intestin grêle d'un diverticule de Meckel, dont l'infection peut simuler une appendicite.

L'antibiothérapie

Selon une étude américaine, une approche non chirurgicale, par antibiothérapie, serait efficace dans 65 à 75 % des cas à un an, avec :

  • un nombre moindre de jours d’incapacité ;
  • une meilleure qualité de vie ;
  • une plus grande satisfaction du patient et de son entourage.

Conseils pratiques

Si un de vos proches se plaint de douleur abdominale, de nausées et d'une fièvre modérée :

  • laissez-le à jeun en attendant un avis médical, vous de l'opérer plus rapidement ;
  • ne cherchez pas à faire tomber la température avec des antipyrétiques ou des linges frais ;
  • ne cherchez pas à diminuer la douleur avec une poche de glace ou une bouillotte chaude, masquer les signes ne peut que retarder le diagnostic et le traitement ;
  • appelez sans tarder votre médecin traitant ou le médecin de garde.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Adénolymphite mésentérique Ascaris Syndrome de Costen Mâchoire qui craque Helicobacter pylori traitement naturel Maladie de Whipple Typhoïde Reflux gastro-oesophagien Diverticule de l’oesophage Varices oesophagiennes Gastrite chronique Angiome du foie Parasitoses digestives Soigner une hernie hiatale naturellement Maladie de Gilbert Atrésie Colon irritable homéopathie Gastrite Hernie hiatale Anomalies de l’œsophage Calculs biliaires Éviter les remontées acides après un repas Giardiase Ulcère gastrique Soigner les vers intestinaux Péritonite Syndrome de Mallory Weiss Cirrhose biliaire primitive Bézoard Colite ischémique Hépatite virale Colopathes Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Hernie diaphragmatique Dissoudre des calculs biliaires Maladie coeliaque Comment soigner l'escherichia coli Hépatite auto-immune Ulcère duodénal Diverticule colique Traiter le reflux gastro- œsophagien Insuffisance hépatique Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Hernie inguinale et crurale Intolérance au lactose Gastrite nerveuse Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Traiter un ténia ou ver solitaire Sécheresse de la bouche Syndrome hépato-rénal Maladie de Caroli Parasites intestinaux Hépatite toxique Dysenterie tropicale Stase stercorale Bilharziose Cholécystite Ankylostomiase Abcès anal MICI Vermifuge humain Appendicite Cytolyse hépatique Choléra Côlon irritable Dyspepsie Escherichia coli Traiter une colopathie fonctionnelle Angiocholite Soigner les ulcères gastriques Traitement du Clostridium difficile Invagination Traiter l'helicobacter pylori Enterococcus faecalis Syndrome de Budd Chiari Syndrome de Sadam Glossodynie Prolapsus rectal Oesophagite Lavage d'estomac Anti-acide Intoxication alimentaire Hépatomégalie Comment soigner une colopathie naturellement Achalasie Syndrome d'Ogilvie Syndrome de l’intestin irritable Traitement de l'intestin irritable 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Dysenterie Intolérance au gluten Occlusion intestinale Traiter les oxyures Régime FODMAP Hypertension portale Hernie de Bochdalek Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Fistule anale Malabsorption du fer Colite spasmodique Cysticercose Encéphalopathie hépatique Fissure anale Atrésie de l'œsophage Maladie de Chagas Atrophie villositaire Infarctus mésentérique Pancréatite aiguë Blanc de l'œil jaune Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Soigner une salmonellose Clostridium Calcul biliaire traitement naturel Maladie de Hirschsprung Hernie de la ligne blanche Cholangite Amibiase Syndrome dysentérique Maladie de Crohn Hernie ombilicale Stéatose hépatique Diverticule de Meckel Colite Kyste hydatique Intolérance au glucose Soigner une gastrite Cirrhose du foie Éventration abdominale Rectite Rectocolite hémorragique Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Syndrome de Barrett Spasme œsophagien Lithiase salivaire

Ces pros peuvent vous aider