Tumeur du foie

Écrit par les experts Ooreka

Le cancer primitif du foie est une tumeur du foie maligne qui s'est formée à partir des cellules hépatiques (hépatocarcinome), des cellules des canalicules biliaires (cholangiocarcinome) ou des vaisseaux sanguins (angiocarcinome).

  • Il touche l'homme plus que la femme, souvent entre 40 et 50 ans.
  • Il est plus fréquent en Afrique et en Asie que dans les pays occidentaux.

À savoir : les cancers secondaires du foie sont des métastases de cancers touchant d'autres organes, digestifs ou génitaux en particulier. Les cellules de ces métastases sont identiques à celles du cancer initial.

Causes de la tumeur du foie

L'hépatocarcinome survient le plus souvent sur un foie lésé par une cirrhose (alcoolique ou toxique) ou une hépatite B chronique active. Le rôle du virus d'hépatite C augmente en France.

Des facteurs alimentaires ont été évoqués, notamment en Afrique et en Asie, avec la consommation d'arachides ou de graines contaminées par un champignon qui libère une toxine cancérigène (l'aflatoxine B1 pour l'arachide).

Le cholangiocarcinome, rare en Europe, pourrait être favorisé en Asie à une infection parasitaire de la famille des douves.

L'angiocarcinome, exceptionnel, pourrait être favorisé par des intoxications chroniques (arsenic, chlorure de vinyle).

Symptômes de la tumeur du foie

Les cancers de petite taille ne donnent aucun symptôme.

Les cancers évolués peuvent se signaler par des signes peu spécifiques :

  • fatigue,
  • perte d'appétit et de poids,
  • fièvre modérée, plus élevée le soir,
  • douleur modérée dans la région du foie.

En pratique, le cancer du foie est le plus souvent découvert grâce à la surveillance de maladies du foie déjà connues : cirrhose, hépatite chronique virale ou toxique.

Évolution et examens de la tumeur du foie

Évolution

Sans traitement, le cancer du foie s'étend et produit des métastases dans d'autres organes (poumons, cerveau) à une vitesse variable : de quelques semaines à plusieurs années.

Les complications hémorragiques et infectieuses sont fréquentes.

Le caractère souvent trop tardif du diagnostic est responsable du faible taux de survie à 5 ans.

Examens

Le bilan sanguin montre des éléments non spécifiques : enzymes hépatiques augmentées, globules blancs trop nombreux, tests d'inflammation élevés. Le taux d'alpha-feotoprotéine est augmenté 9 fois sur 10 dans le cancer du foie, mais il l'est également dans d'autres maladies hépatiques ou des cancers digestifs comme pendant la grossesse.

L'examen de référence est l'échographie, puisqu'elle aide à repérer une ou plusieurs masses anormales et permet de déclencher des examens plus techniques comme le scanner, l'IRM ou la ponction-biopsie du foie.

Néanmoins, l'échographie peut donner de faux résultats en particulier chez les patients qui présentent une obésité sévère (dont l'IMC est supérieur à 35 kg/m²).

Chez les cirrhotiques qui présentent de grands risques de développer un carcinome hépatocellulaire, le dépistage par IRM avec injection de produit de contraste spécifique du foie est plus efficace (meilleure détection des cancers et moins de faux positifs) et permet un diagnostic plus précoce.

Traitement du cancer du foie

Le traitement du cancer du foie est l'ablation du segment hépatique dans lequel siège la tumeur : c'est l'hépatectomie partielle.

Dans de rares cas, une greffe du foie peut être envisagée.

La chimiothérapie et la destruction de la tumeur par le froid (cryothérapie), par le chaud ou par les micro-ondes ne sont indiquées qu'à titre palliatif, quand le cancer est inopérable.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas