Sommaire

La cirrhose du foie résulte de la destruction progressive, massive et irréversible des cellules hépatiques, remplacées par des tissus graisseux et fibreux disposés en nodules.

  • À ce stade, le foie ne remplit plus les innombrables fonctions digestives et métaboliques dont il est le siège.
  • Le foie cirrhotique est plus petit, plus dur et moins régulier qu'un foie normal.
  • La stéatose ou dépôt de graisses dans le foie donne un gros foie lisse (comme un foie gras animal), mais qui fonctionne encore presque normalement.

Causes de la cirrhose du foie

Les causes de la cirrhose du foie sont :

  • l'alcoolisme chronique, dans 75 % des cas dont 10 % en association avec le virus de l'hépatite C ;
  • l'hépatite chronique à virus C seul dans 15 % des cas ;
  • l'hépatite chronique à virus B dans 5 % des cas ;
  • les autres causes représentent ensemble 5 % des cas : hépatite toxique (médicaments, champignons, produits industriels), hémochromatose (surcharge en fer), maladie de Wilson (surcharge en cuivre), obstruction prolongée des voies biliaires, hépatites auto-immunes.

Symptômes de cette cirrhose

La cirrhose reste longtemps silencieuse, sans se manifester : c'est la cirrhose compensée. Le foie est un peu gros, dur, indolore. De petits angiomes stellaires (taches rouges en étoile sur la peau) apparaissent sur le thorax.

Peu à peu se développent une fatigue, des nausées, une perte d'appétit.

Les signes les plus typiques apparaissent quand le foie n'assure plus assez ses fonctions

  • une jaunisse,
  • une ascite (épanchement de liquide dans la cavité abdominale),
  • des œdèmes des membres inférieurs,
  • des saignements prolongés en cas de blessures,
  • des troubles du caractère, de la personnalité, de la mémoire, de la parole.

La complication majeure est la rupture de varices œsophagiennes qui se sont développées avec l'hypertension portale, excès de pression dans les veines portes qui vont du tube digestif au foie. Cette rupture se traduit par un malaise intense, une pâleur extrême et des vomissements de sang très abondants.

Évolution et examens de la cirrhose du foie

Évolution

Une fois la cirrhose décompensée, les complications se multiplient :

  • saignements prolongés,
  • hémorragies digestives,
  • risque de saignements intracrâniens ou intracérébraux, rétiniens, articulaires, musculaires ou d’autres organes en cas de chute (chez les personnes âgées notamment),
  • ascite abondante, parfois surinfectée,
  • troubles neurologiques et psychiatriques,
  • risques d'AVC hémorragique (+ 24 %).

Les patients atteints de cirrhose avancée sont aussi plus fragiles face aux infections. Ainsi, dans le cadre de l'épidémie de coronavirus, ils sont à risque de développer une forme grave de COVID-19. Leur suivi doit donc être renforcé en privilégiant la téléconsultation, si possible.

Examens

Le bilan médical d'une cirrhose comprend :

  • des prises de sang pour mesurer les enzymes du foie (gamma-GT, transminases ASAT et ALAT, phosphatases alcalines), les facteurs de coagulation (prothrombine), les différentes protéines sanguines, la présence de virus d'hépatite ;
  • une échographie ou un scanner abdominal ;
  • une fibroscopie gastrique à la recherche de varices œsophagiennes (on distingue les varices à risque hémorragiques [ex-classes II et III] de celles de petites tailles qui ne présentent pas de risque mais qui peuvent être traitées préventivement) ;
  • une biopsie (prélèvement de cellules) pratiquée à travers la peau.

Traitement de la cirrhose du foie

Pour freiner l'évolution, il faut faire cesser une cause encore active :

  • arrêt absolu et définitif de l'alcool,
  • traitement antiviral contre l'hépatite chronique B ou C,
  • arrêt des médicaments toxiques,
  • saignées en cas d'hémochromatose.

On a longtemps cru que la cirrhose était irréversible. On sait maintenant qu’elle peut non seulement régresser lorsque l’agression cesse, mais aussi disparaître complètement lorsqu’elle est prise en charge suffisamment tôt, expliquent les hépatologues réunis à la 12e Paris Hepatology Conference (PHC, janvier 2019).

Dans les cas les plus avancés et si aucune cause ne persiste, le dernier espoir est la greffe de foie.

Le régime alimentaire doit être équilibré, avec une ration normale en sel (5 à 6 g par jour) même en cas d'ascite ou d'œdèmes.

Prévention de la cirrhose du foie

La prévention de la cirrhose du foie repose sur :

  • la lutte contre l'alcoolisme chronique, un problème qui peut commencer à tout âge,
  • la vaccination contre l'hépatite B,
  • le dépistage et le traitement précoce des hépatites C.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Vermifuge humain Soigner une gastrite Prolapsus rectal Ulcère duodénal Hernie inguinale et crurale Dysenterie tropicale Calculs biliaires Bézoard MICI Syndrome de Budd Chiari Dyspepsie Typhoïde Gastrite Ascaris Intolérance au glucose Cytolyse hépatique Mâchoire qui craque Maladie de Whipple Maladie de Caroli Comment soigner une colopathie naturellement Syndrome de Costen Ulcère gastrique Cirrhose biliaire primitive Syndrome de Barrett Adénolymphite mésentérique Traiter les oxyures Syndrome hépato-rénal Traitement du Clostridium difficile Parasitoses digestives Amibiase Hernie diaphragmatique Soigner les vers intestinaux Atrophie villositaire Régime FODMAP Colopathes Syndrome de Mallory Weiss Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Fistule anale Atrésie de l'œsophage Giardiase Hépatite toxique Infarctus mésentérique Intolérance au lactose Colite ischémique Lithiase salivaire Maladie coeliaque Intolérance au gluten Hernie hiatale Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Escherichia coli Clostridium Traiter l'helicobacter pylori Soigner les ulcères gastriques Malabsorption du fer Cholangite 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Diverticule de Meckel Traiter une colopathie fonctionnelle Occlusion intestinale Fissure anale Spasme œsophagien Invagination Reflux gastro-oesophagien Maladie de Hirschsprung Cysticercose Blanc de l'œil jaune Syndrome dysentérique Stase stercorale Bilharziose Traiter un ténia ou ver solitaire Maladie de Chagas Anomalies de l’œsophage Colite spasmodique Colon irritable homéopathie Encéphalopathie hépatique Maladie de Gilbert Hypertension portale Oesophagite Éventration abdominale Dysenterie Maladie de Crohn Hernie ombilicale Enterococcus faecalis Appendicite Côlon irritable Abcès anal Gastrite nerveuse Syndrome d'Ogilvie Atrésie Angiome du foie Achalasie Rectocolite hémorragique Pancréatite aiguë Péritonite Intoxication alimentaire Diverticule colique Cholécystite Calcul biliaire traitement naturel Helicobacter pylori traitement naturel Ankylostomiase Choléra Lavage d'estomac Glossodynie Angiocholite Hernie de la ligne blanche Varices oesophagiennes Gastrite chronique Parasites intestinaux Syndrome de l’intestin irritable Diverticule de l’oesophage Cirrhose du foie Soigner une salmonellose Anti-acide Rectite Traitement de l'intestin irritable Éviter les remontées acides après un repas Hépatomégalie Hépatite auto-immune Sécheresse de la bouche Insuffisance hépatique Hépatite virale Hernie de Bochdalek Traiter le reflux gastro- œsophagien Dissoudre des calculs biliaires Kyste hydatique Stéatose hépatique Colite Syndrome de Sadam Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Soigner une hernie hiatale naturellement Comment soigner l'escherichia coli Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable