Diverticule colique

Écrit par les experts Ooreka

Un diverticule est une petite poche, une hernie développée à partir de la paroi du côlon. Le sommet de ce diverticule s'ouvre dans la lumière intestinale alors que la poche fait saillie à la surface externe du côlon.

Les diverticules peuvent siéger sur toute la longueur du côlon, mais sont plus souvent localisés dans sa partie sigmoïde, juste avant le rectum.

Causes des diverticules coliques

Les diverticules coliques sont très fréquents : ils sont présents chez au moins 10 % des plus de 50 ans et 50 % des plus de 70 ans. On parle alors de diverticulose.

Trois facteurs favorisants sont identifiés

  • le vieillissement, avec l'affaiblissement progressif des muscles de la paroi intestinale ;
  • la constipation chronique, responsable d'une pression excessive sur la paroi du côlon ;
  • un déficit en fibres végétales, qui favorise la constipation et réduit le volume de selles trop dures.

Symptômes de ces diverticules

Les diverticules coliques sont très souvent silencieux, ne se manifestant par aucun symptôme. Ils sont parfois découverts par hasard au cours d'une coloscopie pratiquée pour un autre motif (suspicion de cancer, saignement, colite fonctionnelle).

L'inflammation ou l'irritation de diverticules peut se manifester par :

  • des douleurs, le plus souvent dans la fosse iliaque gauche ;
  • une fièvre modérée ;
  • une constipation, plus rarement une diarrhée.

Le tout ressemble alors à une crise d'appendicite à gauche.

Évolution et examens des diverticules du côlon

Évolution

Homme mature et médecin

La principale complication aiguë des diverticules coliques est l'infection (diverticulite), lorsque les bactéries commencent à pulluler dans la poche du diverticule. Cette infection est responsable selon les cas :

  • d'abcès localisés ;
  • de péritonite ;
  • de sigmoïdite diffuse.

Un saignement peut apparaître si une petite artériole du diverticule est lésée par l'infection.

La principale complication chronique des diverticules coliques est le rétrécissement (sténose) du côlon qui peut faire croire au début à une forme de cancer.

Examens

Deux examens s'imposent quand le médecin suspecte une diverticulose évoluée :

  • le scanner abdominal, avec étude soigneuse de la paroi du côlon, plus utile que le lavement baryté autrefois pratiqué et qui est aujourd'hui recommandé en première intention aussi bien pour le diagnostic que pour la recherche de complications (par ailleurs, une injection intraveineuse de produit de contraste systématique est recommandée en l'absence de contre-indication) ;
  • l'échographie abdominale, uniquement si le scanner abdominopelvien n'est pas possible.

Traitement des diverticules coliques

Une diverticulose non compliquée ne justifie aucun traitement autre qu'une alimentation enrichie en fibres végétales pour améliorer le transit intestinal.

Traitement symptomatique

Des antalgiques antispasmodiques peuvent soulager une poussée d'irritation un peu douloureuse en l'absence :

  • de signes de gravité (pression artérielle systolique ≤ 100 mm Hg, fréquence respiratoire ≥ 22/min ou confusion) ;
  • d'immunodépression ;
  • de score ASA > 3 (c'est-à-dire que le patient présente une anomalie systémique sévère constituant une menace vitale) ;
  • de grossesse.

Une surveillance clinique est toutefois recommandée. En cas d'absence d'amélioration, on met en place une antibiothérapie (7 jours maximum) associant amoxicilline et acide clavulanique ou, en cas d'allergie prouvée, une fluoroquinolone (lévofloxacine ou ciprofloxacine) associée au métronidazole.

En cas de diverticulite compliquée

Chez les patients présentant des signes de gravité, une immunodépression, un score ASA > 3, une grossesse ou en cas de diverticulite compliquée, une antibiothérapie par voie intraveineuse est instaurée. Elle associe amoxicilline-acide
clavulanique et gentamicine, ou céfotaxime et métronidazole, ou ceftriaxone et métronidazole.

En cas de diverticulite perforée et en l'absence de péritonite, une antibiothérapie seule (sans intervention chirurgicale ni drainage radiologique) est recommandée.

Intervention chirurgicale

Une intervention chirurgicale se révèle nécessaire dans certaines situations :

  • en cas de patients à haut risque de complications : immunodépression quelle qu'en soit la cause (corticothérapie systémique chronique, cancer évolutif, insuffisance rénale de stade terminal, etc.) ;
  • instabilité hémodynamique ;
  • complications graves (abcès, péritonite, sténose du sigmoïde).

Les cas les moins sévères sont généralement traités par l'ablation chirurgicale de la zone (sigmoïdectomie) par cœlioscopie. En revanche, laparotomie est pratiquée dans les cas graves (péritonite généralisée purulente notamment).

Prévention des diverticules coliques

Alimentation

La meilleure prévention des diverticules coliques est d'avoir dès l'enfance une alimentation assez riche en fibres végétales et une hydratation suffisante pour éviter toute période de constipation chronique :

  • mangez au moins 400 g de fruits et légumes par jour ;
  • préférez le pain complet au pain blanc, surtout si vos ascendants présentent déjà des diverticules ;
  • buvez au moins 1,5 l d'eau par jour.

Bon à savoir : la HAS (Haute Autorité de santé) indique toutefois qu'aucun régime alimentaire ne peut être recommandé pour la prévention des récidives de diverticulite.

Chirurgie prophylactique

La sigmoïdectomie est parfois recommandée en prévention. C'est notamment le cas :

  • dans certains cas de fistule en fonction du terrain et du type de symptômes ;
  • en cas de sténose symptomatique avec des symptômes persistants après une poussée ;
  • en cas de récidives fréquentes impactant la qualité de vie ;
  • dans les diverticulites aiguës compliquées, notamment en cas d'abcès ;
  • chez le patient immunodéprimé ou insuffisant rénal chronique.

Il faut, quoi qu'il en soit, prendre en compte les facteurs de risque opératoire : âge supérieur à 75 ans et comorbidités, en particulier cardiopathie et BPCO. Si l'indication d'une sigmoïdectomie est retenue, il est recommandé de la réaliser au moins 2 mois après la dernière poussée.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas