Rotavirus

Écrit par les experts Ooreka

 

Le rotavirus est la cause la plus courante de la gastro-entérite, qui est une infection du tube digestif très fréquente et qui survient souvent par épidémies. On estime par exemple que chaque enfant présente au moins une infection de ce type chaque année.

Causes des infections à rotavirus

Les gastro-entérites d'origine bactérienne sont dans l'immense majorité des cas d'intoxications alimentaires, isolées ou en petit foyer (famille, restaurant scolaire).

Les gastroentérites épidémiques sont presque toujours d'origine virale. Plus de 100 virus responsables de gastro-entérite sont connus, dont beaucoup appartiennent à 5 familles :

  • les rotavirus, souvent en cause chez les jeunes enfants (125 millions de cas sont recensés dans le monde chaque année),
  • les norovirus, plus fréquents chez l'adulte,
  • les entérovirus,
  • les calcivirus,
  • les adénovirus.

La transmission de ces virus se fait par le contact direct, les mains sales, l'eau et les aliments lavés avec une eau souillée.

Les épidémies surviennent toute l'année, avec des pics plus fréquents début janvier, en début d'été et en automne, en même temps que les épidémies de bronchiolite et les premiers cas de grippe.

Contrairement à une rumeur tenace, les huîtres et coquillages consommés en fin d'année ne sont en rien responsables des épidémies hivernales.

La diarrhée du voyageur peut être due à une bactérie, un petit parasite ou à un virus.

Symptômes des infections à rotavirus

Les symptômes d'une infection à rotavirus sont d'abord digestifs :

  • des nausées et des vomissements,
  • des douleurs abdominales diffuses,
  • une diarrhée très liquide, parfois un peu retardée par rapport aux nausées.

Les autres signes, peu spécifiques, sont une fièvre modérée autour de 38 °C et la fatigue.

Aucun examen de laboratoire n'est utile en cas de gastro-entérite épidémique.

Rotavirus : évolution

Habituellement, une infection à rotavirus guérit spontanément en 2 à 4 jours, avec une convalescence un peu plus longue chez les personnes fragilisées par l'âge ou la maladie.

La principale complication de la gastro-entérite, surtout chez le nourrisson et le jeune enfant, est la déshydratation repérable par :

  • une perte de poids du bébé,
  • la sécheresse de la langue et de la bouche,
  • des urines moins abondantes,
  • un enfoncement des yeux,
  • un creusement de la fontanelle chez le petit nourrisson,
  • une apathie ou une irritabilité anormale,
  • une persistance du pli cutané après un pincement de la peau.

Traitement des infections à rotavirus et autres gastros

La diarrhée est elle-même le meilleur traitement de la gastro-entérite : chaque selle élimine des milliards de germes. Mieux vaut respecter cette défense naturelle que tenter de la supprimer avec des médicaments.

La grande majorité des gastro-entérites épidémiques ne nécessitent aucun traitement spécifique en absence de déshydratation. Il suffit en général de :

  • laisser le malade se reposer ;
  • mettre son tube digestif au repos en ne lui proposant que des aliments très digestes : bouillons, soupes, purées, riz, yaourts, compotes, desserts gélifiés :
    • la soupe de carottes est très souvent conseillée chez le nourrisson en remplacement du lait pendant un ou deux jours,
    • le riz blanc bien cuit et les desserts gélifiés au chocolat sont des anti-diarrhéiques naturels ;
  • le faire boire très régulièrement de l'eau un peu sucrée et salée.

Bon à savoir : évitez les sodas contenant de la caféine (qui accélère le transit intestinal) et des bulles, ainsi que les jus de fruits acides (agrumes).

Les solutions de réhydratation

Vous pouvez préparer une solution de réhydratation en mélangeant une cuillère à café de sel et deux cuillères à soupe de sucre en poudre dans un litre d'eau, ou en ajoutant un sachet pour SRO (solution de réhydratation orale) acheté en pharmacie et préparé avec la quantité d'eau indiquée, le plus souvent un biberon de 200 ml.

Faites boire l'enfant par petites quantités, quelques gorgées ou un petit verre, toutes les 20 minutes pour éviter ou corriger une déshydratation débutante.

Bon à savoir : en associant des probiotiques (notamment les souches Saccharomyces boulardii CNCM I-745 et Lactobacillus rhamnosus GG) aux solutés de réhydratation, il est possible de réduire la durée et l'intensité des symptômes des gastro-entérites.

Les médicaments

Si les symptômes sont très gênants, vous pouvez utiliser, aux doses adaptées selon le poids

  • un anti-vomitif type dompéridone (sur ordonnance) ou métopimazine (sans ordonnance),
  • un anti-sécrétoire intestinal type type racécadotril (Tiorfan°, sur ordonnance) qui diminue le volume d'eau dans les selles,
  • un absorbeur intestinal comme du charbon activé ou une argile, la diosmectite.

Sauf cas particulier (voyage urgent par exemple), les inhibiteurs de motricité intestinale tel le lopéramide sont déconseillés par la majorité des médecins, car ils freinent l'élimination naturelle des virus ou des bactéries.

Prévention du rotavirus

Les cas isolés ou familiaux de gastro-entérite sont moins fréquents quand on respecte toutes les règles d'hygiène alimentaire et de conservation des aliments.

Il est plus difficile d'éviter les gastro-entérites épidémiques. Deux attitudes peuvent limiter le risque :

  • se laver les mains au savon ou avec un gel hydro-alcoolique plusieurs fois par jour notamment au retour à la maison après le travail ou les courses, avant la préparation des repas ou après avoir touché un nourrisson malade ;
  • vacciner le nourrisson contre le rotavirus (vaccin disponible depuis 2006), ce qui n'évite pas les autres causes de gastro-entérite, mais protège le bébé contre la plus fréquente.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas