Sommaire

Parmi ses multiples fonctions, le foie assure la neutralisation et l'élimination de nombreuses substances présentes dans le sang.

Lorsque la quantité ou la puissance du toxique dépasse les capacités métaboliques du foie, il attaque et détruit les cellules hépatiques : c'est l'hépatite toxique.

Causes d'hépatite toxique

Certains toxiques attaquent systématiquement le foie, mais leur effet dépend de la dose ingérée.

D'autres produits, comme certains médicaments, ne sont toxiques que chez un faible pourcentage de sujets particulièrement sensibles à la molécule, à ses dérivés métaboliques.

L'alcool

L'alcool est le principal agent des hépatites toxiques dans le monde. Il peut provoquer une hépatite si le buveur y est très sensible, bien avant la stéatose ou la cirrhose.

Les médicaments

Médicaments toxiques causant une hépatite

Près de 1 000 médicaments sont répertoriés comme susceptibles de provoquer une hépatite toxique. Si la fréquence dépasse une hépatite pour 100 malades, le médicament est retiré du marché. Les médicaments répertoriés provoquent en moyenne une hépatite pour 1 000 à 10 000 malades.

Parmi les médicaments courants connus pour leur toxicité hépatique se trouvent notamment :

  • le très banal paracétamol, à doses massives (risque de mort au-delà de 25 g pour un adulte sain, bien en dessous sur un foie déjà lésé par l'alcool) ou en traitement prolongé ;
  • l'aspirine ;
  • le diclofénac, antalgique et anti-inflammatoire ;
  • les contraceptifs oraux et autres hormones oestrogènes ;
  • des antibiotiques : érythromycine, cycline, nitrofurantoïne, chloramphénicol, isoniazide, kétoconazole (anti-champignons) ;
  • des antiépileptiques dérivés de l'acide valproïque ;
  • des antipsychotiques de type phénothiazines ;
  • des hypotenseurs : captopril, méthyldopa, diurétiques thiazidiques ;
  • des médicaments, fibrates ou statines, contre le cholestérol ;
  • des gaz anesthésiques : chloroforme, halothane ;
  • des anticancéreux ;
  • les antithyroïdiens de synthèse... et bien d'autres.

Plusieurs cas mortels d'hépatite toxique ont également été provoqués en Europe par des médecines traditionnelles chinoises ou une phytothérapie dans lesquelles une confusion avait été faite entre deux plantes voisines.

Les champignons

Les champignons comme l'amanite phalloïde, l'amanite panthère et certaines variétés de lépiotes provoquent une hépatite toxique grave, souvent mortelle.

Les produits industriels

De nombreux produits industriels ou ménagers sont toxiques pour le foie

  • les solvants comme le tétrachlorure de carbone, le toluène, le xylène,
  • les hydrocarbures halogénés (chlorés, fluorés, bromés),
  • le benzène,
  • le phosphore et ses dérivés,
  • le chlorure de vinyle,
  • les métaux lourds : plomb, arsenic, béryllium, cuivre,
  • des insecticides et pesticides agricoles.

Symptômes d'hépatite toxique

Dans toutes les formes légères, c'est souvent un bilan hépatique par prise de sang qui montre l'hépatite.

Dans les formes modérées, outre les signes spécifiques au toxique en cause, les principaux symptômes sont peu spécifiques

  • altération de l'état général : fatigue, perte d'appétit et de poids, fièvre parfois ;
  • signes digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée.

Dans les formes sévères ou fulminantes, c'est une jaunisse qui attire l'attention en premier.

Évolution et examens de l'hépatite toxique

Évolution

Elle est variable selon le toxique.

Dans de nombreux cas, l'arrêt immédiat et définitif de l'exposition au toxique permet de stopper l'intoxication et donne au temps le temps de se régénérer. La longue convalescence demande jusqu'à plusieurs mois.

Dans les formes graves, une évolution brutale (hépatite fulminante) conduit au décès en quelques jours dans 50 à 90 % des cas.

Examens

Le bilan sanguin montre une atteinte du foie : enzymes hépatiques (gamma-GT, transaminases) très élevées, taux de prothrombine abaissé, phosphatases alcalines augmentées avec certains toxiques, dont les médicaments.

Des analyses très spécifiques sont parfois nécessaires pour identifier le toxique en cause.

Traitement d'une hépatite toxique

Les formes légères ou modérées ne nécessitent que l'arrêt de l'exposition au toxique.

Les formes sévères sont traitées en réanimation.

Lorsque le foie est détruit de manière irréversible, le seul espoir réside dans la greffe de foie à condition de trouver à temps un donneur compatible.

Prévention de l'hépatite toxique

La prévention de l'hépatite toxique repose sur :

  • l'éviction du toxique possible : alcool, champignon non identifié, médicament mal toléré ;
  • la surveillance du bilan hépatique en cas de traitement prolongé par un médicament répertorié comme toxique possible ;
  • les mesures de protection individuelle et collective dans le monde industriel ou agricole qui utilise des produits toxiques.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Bézoard Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Maladie de Caroli Angiocholite Colite ischémique Soigner les ulcères gastriques Comment soigner une colopathie naturellement Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Syndrome dysentérique Hernie hiatale Malabsorption du fer Éventration abdominale Bilharziose Blanc de l'œil jaune Lavage d'estomac Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Cirrhose du foie Lithiase salivaire Appendicite Hernie de la ligne blanche Dissoudre des calculs biliaires Syndrome de Costen Glossodynie Sécheresse de la bouche Ulcère gastrique Parasites intestinaux Achalasie Colon irritable homéopathie Invagination Mâchoire qui craque Péritonite Calculs biliaires Atrésie Ascaris Traiter un ténia ou ver solitaire Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Escherichia coli Prolapsus rectal Soigner une salmonellose Insuffisance hépatique Choléra Traitement du Clostridium difficile Traitement de l'intestin irritable Oesophagite Parasitoses digestives Hépatite auto-immune Éviter les remontées acides après un repas Encéphalopathie hépatique Hernie ombilicale Vermifuge humain Hépatite toxique Traiter les oxyures Hypertension portale Occlusion intestinale Enterococcus faecalis Amibiase Varices oesophagiennes Intolérance au glucose Dyspepsie Diverticule colique Syndrome de Mallory Weiss Hernie de Bochdalek Abcès anal Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Syndrome de Sadam Régime FODMAP Cholécystite Stase stercorale Fistule anale Soigner une hernie hiatale naturellement Maladie de Whipple Atrophie villositaire Syndrome d'Ogilvie Maladie coeliaque Maladie de Chagas Clostridium Comment soigner l'escherichia coli Gastrite chronique Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Maladie de Crohn Rectocolite hémorragique Cysticercose Anomalies de l’œsophage Calcul biliaire traitement naturel Syndrome de l’intestin irritable Gastrite nerveuse Traiter le reflux gastro- œsophagien Rectite Gastrite Colite Intolérance au lactose Ulcère duodénal Anti-acide MICI Intolérance au gluten Dysenterie tropicale Fissure anale Hépatite virale Intoxication alimentaire Hépatomégalie Colite spasmodique Côlon irritable Hernie diaphragmatique Ankylostomiase Syndrome de Barrett Atrésie de l'œsophage Maladie de Hirschsprung Maladie de Gilbert Soigner une gastrite Spasme œsophagien Angiome du foie Diverticule de l’oesophage Cytolyse hépatique Hernie inguinale et crurale Adénolymphite mésentérique Soigner les vers intestinaux Colopathes Reflux gastro-oesophagien Stéatose hépatique Traiter une colopathie fonctionnelle Syndrome hépato-rénal Syndrome de Budd Chiari Dysenterie Kyste hydatique Giardiase Cirrhose biliaire primitive Infarctus mésentérique Typhoïde Traiter l'helicobacter pylori Diverticule de Meckel Helicobacter pylori traitement naturel Pancréatite aiguë Cholangite