Hépatite toxique

Écrit par les experts Ooreka

Parmi ses multiples fonctions, le foie assure la neutralisation et l'élimination de nombreuses substances présentes dans le sang.

Lorsque la quantité ou la puissance du toxique dépasse les capacités métaboliques du foie, il attaque et détruit les cellules hépatiques : c'est l'hépatite toxique.

Causes d'hépatite toxique

Certains toxiques attaquent systématiquement le foie, mais leur effet dépend de la dose ingérée.

D'autres produits, comme certains médicaments, ne sont toxiques que chez un faible pourcentage de sujets particulièrement sensibles à la molécule, à ses dérivés métaboliques.

L'alcool

L'alcool est le principal agent des hépatites toxiques dans le monde. Il peut provoquer une hépatite si le buveur y est très sensible, bien avant la stéatose ou la cirrhose.

Les médicaments

Médicaments toxiques causant une hépatite

Près de 1 000 médicaments sont répertoriés comme susceptibles de provoquer une hépatite toxique. Si la fréquence dépasse une hépatite pour 100 malades, le médicament est retiré du marché. Les médicaments répertoriés provoquent en moyenne une hépatite pour 1 000 à 10 000 malades.

Parmi les médicaments courants connus pour leur toxicité hépatique se trouvent notamment :

  • le très banal paracétamol, à doses massives (risque de mort au-delà de 25 g pour un adulte sain, bien en dessous sur un foie déjà lésé par l'alcool) ou en traitement prolongé ;
  • l'aspirine ;
  • le diclofénac, antalgique et anti-inflammatoire ;
  • les contraceptifs oraux et autres hormones oestrogènes ;
  • des antibiotiques : érythromycine, cycline, nitrofurantoïne, chloramphénicol, isoniazide, kétoconazole (anti-champignons) ;
  • des antiépileptiques dérivés de l'acide valproïque ;
  • des antipsychotiques de type phénothiazines ;
  • des hypotenseurs : captopril, méthyldopa, diurétiques thiazidiques ;
  • des médicaments, fibrates ou statines, contre le cholestérol ;
  • des gaz anesthésiques : chloroforme, halothane ;
  • des anticancéreux ;
  • les antithyroïdiens de synthèse... et bien d'autres.

À noter : pour savoir si vos médicaments présentent un risque de toxicité hépatique, consultez la notice incluse dans sa boîte. Ce risque sera signalé dès qu'un seul cas a été prouvé. En cas de doute, demandez des examens de laboratoire (bilan hépatique) à votre médecin.

Plusieurs cas mortels d'hépatite toxique ont également été provoqués en Europe par des médecines traditionnelles chinoises ou une phytothérapie dans lesquelles une confusion avait été faite entre deux plantes voisines.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Les champignons

Les champignons comme l'amanite phalloïde, l'amanite panthère et certaines variétés de lépiotes provoquent une hépatite toxique grave, souvent mortelle.

Les produits industriels

De nombreux produits industriels ou ménagers sont toxiques pour le foie

  • les solvants comme le tétrachlorure de carbone, le toluène, le xylène,
  • les hydrocarbures halogénés (chlorés, fluorés, bromés),
  • le benzène,
  • le phosphore et ses dérivés,
  • le chlorure de vinyle,
  • les métaux lourds : plomb, arsenic, béryllium, cuivre,
  • des insecticides et pesticides agricoles.

Symptômes d'hépatite toxique

Dans toutes les formes légères, c'est souvent un bilan hépatique par prise de sang qui montre l'hépatite.

Dans les formes modérées, outre les signes spécifiques au toxique en cause, les principaux symptômes sont peu spécifiques

  • altération de l'état général : fatigue, perte d'appétit et de poids, fièvre parfois ;
  • signes digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée.

Dans les formes sévères ou fulminantes, c'est une jaunisse qui attire l'attention en premier.

Évolution et examens de l'hépatite toxique

Évolution

Elle est variable selon le toxique.

Dans de nombreux cas, l'arrêt immédiat et définitif de l'exposition au toxique permet de stopper l'intoxication et donne au temps le temps de se régénérer. La longue convalescence demande jusqu'à plusieurs mois.

Dans les formes graves, une évolution brutale (hépatite fulminante) conduit au décès en quelques jours dans 50 à 90 % des cas.

Examens

Le bilan sanguin montre une atteinte du foie : enzymes hépatiques (gamma-GT, transaminases) très élevées, taux de prothrombine abaissé, phosphatases alcalines augmentées avec certains toxiques, dont les médicaments.

Des analyses très spécifiques sont parfois nécessaires pour identifier le toxique en cause.

Traitement d'une hépatite toxique

Les formes légères ou modérées ne nécessitent que l'arrêt de l'exposition au toxique.

Les formes sévères sont traitées en réanimation.

Lorsque le foie est détruit de manière irréversible, le seul espoir réside dans la greffe de foie à condition de trouver à temps un donneur compatible.

Prévention de l'hépatite toxique

La prévention de l'hépatite toxique repose sur :

  • l'éviction du toxique possible : alcool, champignon non identifié, médicament mal toléré ;
  • la surveillance du bilan hépatique en cas de traitement prolongé par un médicament répertorié comme toxique possible ;
  • les mesures de protection individuelle et collective dans le monde industriel ou agricole qui utilise des produits toxiques.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
IC
irène casali

hypnose éricksonienne et contes métaphoriques

Expert

AL
aude level

assistante esthétique | centre level lyon

Expert

stéphane roux

aide au changement par l' hypnose ericksonienne

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas