Sommaire

Une intoxication alimentaire ou toxi-infection est l'ensemble des troubles provoqués par l'absorption d'aliments souillés par un germe agressif pour l'homme ou par ses toxines. L'absorption accidentelle d'aliments naturellement toxiques, comme les champignons vénéneux, des baies ou des plantes toxiques n'est pas considérée comme une intoxication alimentaire par comme un empoisonnement.

Causes d'intoxication alimentaire

La toxi-infection alimentaire est due à l'ingestion d'aliments contaminés par une bactérie ou par des toxines bactériennes. Les toxi-infections alimentaires sont souvent collectives, touchant tous les membres d'une même famille, les convives d'un même repas de fête ou les consommateurs du même restaurant scolaire ou professionnel.

Les aliments le plus souvent responsables sont

  • les œufs et les préparations à base d'œufs comme les crèmes pâtissières, les glaces ou les sauces,
  • les laitages crus ou mal cuits, notamment des fromages,
  • la charcuterie,
  • les coquillages,
  • les végétaux mangés crus.

Les germes le plus souvent retrouvés sont :

  • les salmonelles ou plus rarement les shigelles, responsables de troubles type typhoïde ou paratyphoïde ;
  • les norovirus qui représentent la cause la plus courante de gastro-entérite et de diarrhée dans les pays développés (les huîtres constituent un réservoir secondaire important de ce virus) ;
  • les staphylocoques dorés, parfois redoutables ;
  • les escherichia coli (E coli ou colibacilles) ; les souches O014.H4 - repérées notamment en juin 2011 sur plus de 4 000 personnes ayant consommé des graines germées de soja - et O107.H7 étant particulièrement agressives ;
  • plus rarement campylobacter, clostridium perfringens et yersinia.

Certains aliments contiennent des toxines, comme la mytilosine qui s'accumule dans les moules ou des toxines de plancton dans les huîtres sous certaines conditions climatiques. La toxine la plus dangereuse est la botuline libérée dans des conserves ou des charcuteries familiales mal stérilisées.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Signes d'intoxication alimentaire

Par rapport au repas contaminant, les troubles surviennent soit rapidement (1 à 2 heures pour le staphylocoque doré) soit après un temps de développement bactérien (6 à 18 heures pour les salmonelles ou les E coli). On observe surtout :

  • une diarrhée,
  • des nausées et vomissements,
  • une douleur abdominale,
  • parfois de la fièvre,
  • une grande fatigue, une déshydratation, une chute de tension, des troubles de la conscience si la situation perdure,
  • des troubles de la vision (vision double, pupilles dilatées) en cas de botulisme, des troubles neurologiques avec d'autres toxines.

Évolution d'une intoxication alimentaire

Elle est très variable selon le germe ou la toxine en cause. Par exemple

  • guérison presque systématique avec les salmonelles et les shigelles, spontanée ou après traitement,
  • guérison rapide ou évolution fatale avec les staphylocoques dorés,
  • évolution fatale en cas de botulisme.

Plus le sujet est fragile (nourrisson, personne âgée, porteur d'une maladie chronique), plus la déshydratation et les conséquences de la toxi-infection sont inquiétantes.

Prévention de l'intoxication

La prévention des toxi-infections alimentaires repose sur le respect

  • du contrôle des produits alimentaires, du lieu de production (tests systématiques sur les œufs ou les coquillages par exemple) jusqu'au lieu de vente avec interdiction de distribuer ou de ramasser et de consommer des aliments suspects ;
  • le rejet systématique de tout aliment qui présente des signes d'altération ou de toute conserve suspecte (boîte bombée, mauvaise odeur) ;
  • de la chaîne du froid pour le transport et la conservation des produits, pour la distribution comme dans la famille ;
  • des règles d'hygiène dans la conservation des aliments et la préparation des repas, à la maison comme dans la restauration collective ou commerciale ;
  • d'une grande prudence dans l'utilisation des restes ;
  • du strict respect des durées et des températures pour les conserves et charcuteries familiales (plus moderne et hygiénique, la congélation ne présente aucun risque).

Qui consulter ?

En présence de signes digestifs limités, consultez votre médecin traitant. Dès que des signes neurologiques, visuels ou généraux accompagnent les signes digestifs, appelez votre médecin traitant, le médecin de garde ou les secours médicalisés quand plusieurs personnes présentent les mêmes signes. L'hospitalisation est alors la règle.

Le traitement d'une toxi-infection légère peut se limiter à une brève diète, ou comporter des antibiotiques, une réhydratation, des anti-émétiques contre la nausée, des anti-sécrétoires contre la diarrhée.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Kyste hydatique Syndrome d'Ogilvie Soigner les ulcères gastriques Syndrome de Barrett Calcul biliaire traitement naturel Soigner une hernie hiatale naturellement Comment soigner l'escherichia coli Diverticule de Meckel Soigner une gastrite Hernie de la ligne blanche Hernie de Bochdalek Cholécystite Infarctus mésentérique Comment soigner une colopathie naturellement Syndrome dysentérique Ulcère duodénal Stase stercorale Traiter un ténia ou ver solitaire Choléra Parasitoses digestives Giardiase Bilharziose Blanc de l'œil jaune Hépatomégalie Syndrome de Sadam Spasme œsophagien Colite ischémique Hernie hiatale Syndrome de l’intestin irritable Bézoard Malabsorption du fer Éviter les remontées acides après un repas Helicobacter pylori traitement naturel Pancréatite aiguë Rectocolite hémorragique Insuffisance hépatique Atrophie villositaire Traiter une colopathie fonctionnelle Intolérance au lactose Colon irritable homéopathie Typhoïde Cytolyse hépatique Syndrome de Budd Chiari Appendicite Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Hépatite toxique Cirrhose biliaire primitive Traiter le reflux gastro- œsophagien Hypertension portale Dysenterie tropicale Clostridium Fistule anale Occlusion intestinale Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Dyspepsie Achalasie Maladie coeliaque Fissure anale Maladie de Gilbert Soigner une salmonellose Ulcère gastrique Reflux gastro-oesophagien Dysenterie Hernie ombilicale Escherichia coli Angiome du foie Prolapsus rectal MICI Syndrome hépato-rénal Gastrite nerveuse Hépatite virale Intoxication alimentaire Maladie de Chagas Soigner les vers intestinaux Ascaris Intolérance au glucose Traiter l'helicobacter pylori Gastrite Syndrome de Mallory Weiss Enterococcus faecalis Amibiase Colite Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Hépatite auto-immune Ankylostomiase Traitement du Clostridium difficile Régime FODMAP Intolérance au gluten Maladie de Caroli Calculs biliaires Lithiase salivaire Diverticule colique Abcès anal Anomalies de l’œsophage Maladie de Whipple Stéatose hépatique Parasites intestinaux Éventration abdominale Atrésie Mâchoire qui craque Oesophagite Colite spasmodique Encéphalopathie hépatique Adénolymphite mésentérique Traitement de l'intestin irritable Colopathes Gastrite chronique Anti-acide Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Traiter les oxyures Hernie diaphragmatique Sécheresse de la bouche Hernie inguinale et crurale Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Invagination Cysticercose Cirrhose du foie Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Varices oesophagiennes Glossodynie Atrésie de l'œsophage Lavage d'estomac Rectite Maladie de Crohn Dissoudre des calculs biliaires Péritonite Cholangite Diverticule de l’oesophage Angiocholite Syndrome de Costen Maladie de Hirschsprung Côlon irritable Vermifuge humain