Pancréatite aiguë

Écrit par les experts Ooreka

Le pancréas sécrète diverses enzymes qui permettent la digestion des aliments. Il est normalement protégé contre ses propres sécrétions, mais il arrive que ces défenses soient débordées et que la glande « s'autodigère » : c'est la pancréatite aiguë.

Causes de la pancréatite aiguë

La cause la plus fréquente de pancréatite aiguë est le blocage d'un calcul biliaire dans l'ampoule de Vater ou le sphincter d'Oddi.

Ce calcul bloqué empêche les sucs pancréatiques qui s'accumulent dans le canal de Wirsung de s'évacuer dans le duodénum.

Homme tordu de douleur pancréatite

Symptômes de cette pancréatite

La douleur est le signe le plus constant.

Elle est :

  • maximale dans la région épigastrique ou décalée un peu vers la droite,
  • irradiante vers le foie et dans le dos,
  • intense, de début brusque, nécessitant souvent des dérivés de morphine pour être soulagée.

Les vomissements, d'abord alimentaires puis bilieux, débutent assez rapidement.

La constipation aiguë tourne à l'occlusion intestinale avec arrêt des matières et des gaz, un réflexe qui traduit la souffrance de tout le tube digestif.

Un état de choc avec respiration haletante et pouls filant est un signe important de gravité de la pancréatite aiguë.

Évolution et examens de la pancréatite aiguë

Évolution

La guérison peut laisser des troubles digestifs résiduels et des douleurs persistantes.

La principale complication est l'apparition de pseudo-kystes du pancréas, témoins de l'autodigestion de zones entières de la glande.

Le décès survient dans 5 à 10 % des cas.

Examens

La douleur est si intense et l'état général si altéré qu'une hospitalisation est la règle.

Les prises de sang et les analyses d'urine montrent une élévation des enzymes pancréatiques, amylase et lipase, dont les taux atteignent au moins 5 fois la norme du laboratoire. Des analyses spécifiques recherchent une éventuelle infection virale ou parasitaire.

La radiographie apporte peu de renseignements, sauf pour mettre en évidence un état d'occlusion intestinale.

L'échographie peut montrer un calcul biliaire bloqué dans la tête du pancréas. Elle est complétée par un scanner abdominal, qui met en évidence les plages d'autodigestion.

Traitement de la pancréatite aiguë

La mise au repos total du pancréas suppose une nutrition artificielle par voie intraveineuse, en service de réanimation ou de gasro-entérologie. Elle peut être relayée par une alimentation par sonde implantée dans le jéjunum.

La douleur est soulagée par des antalgiques, pouvant aller jusqu'aux dérivés de morphine quand elle résiste aux antalgiques de base.

Le traitement de la cause est indispensable : ablation d'un calcul biliaire, suppression totale de l'alcool, antiviraux, correction des triglycérides sanguins (régime sans sucre et sans alcool, médicaments anti-lipides).

Le lavage chirurgical du péritoine s'impose quand le pancréas déverse des sucs directement dans la cavité abdominale.

Prévention de la pancréatite aiguë

On peut réduire le risque de pancréatite aiguë :

  • en évitant ou en traitant les petits calculs des voies biliaires (les gros calculs dans la vésicule ne sont jamais en cause) ;
  • en réduisant la consommation d'alcool ;
  • et en évitant les médicaments à risque chez les personnes qui ont déjà présenté une poussée de pancréatite ou qui présentent une anomalie des enzymes pancréatiques.

La pancréatite chronique

La pancréatite chronique est due avant tout à l'alcoolisme chronique en Europe, à la dénutrition en zone tropicale.

Elle se traduit par une douleur épigastrique, une diarrhée persistante, un amaigrissement important, parfois une jaunisse.

La pancréatite chronique peut se compliquer de pancréatite aiguë, de diabète, de destruction complète du pancréas. Le traitement médical et chirurgical est complexe, même avec l'arrêt complet de l'alcool.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).
Ces médicaments sont des exemples du dictionnaire, sans rapport avec l'objet de cette page. Avant toute médication, consultez impérativement votre médecin ou votre pharmacien. Tous les médicaments

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas