Péritonite

Écrit par les experts Ooreka

La péritonite résulte de l'infection du péritoine, la fine membrane qui entoure tout le tube digestif. C'est une affection grave dont le traitement lourd nécessite de déterminer la cause.

Causes de péritonite

La contamination directe du péritoine par des bactéries véhiculées dans le sang est rare : seules la tuberculose péritonéale et l'infection du liquide d'ascite chez le cirrhotique répondent à ce mécanisme.

La péritonite est le plus souvent la complication d'une lésion initiale :

  • appendicite, surtout si elle est opérée avec retard,
  • infection de la vésicule ou des voies biliaires (cholécystite),
  • perforation d'ulcère de l'estomac ou du duodénum,
  • rupture d'abcès du foie ou du pancréas,
  • infarctus de l'intestin grêle par invagination chez le nourrisson, volvulus ou artérite mésentérique chez la personne âgée,
  • colite, sigmoïdite, diverticules du côlon,
  • cancers digestifs,
  • suites de chirurgie abdominale, y compris par coelioscopie,
  • plaies et traumatismes de l'abdomen,
  • salpingite ou infection utérine chez la femme.

Symptômes de péritonite

Deux signes dominent et doivent alarmer le malade ou sa famille :

  • la douleur abdominale, constante, d'intensité et de localisation maximale variable selon la cause initiale, accentuée au moindre mouvement ;
  • la contracture des muscles abdominaux, donnant au maximum un « ventre de bois », gênant les mouvements respiratoires de l'abdomen.

D'autres signes s'accentuent rapidement

  • la fièvre, souvent supérieure à 38°5 C,
  • les nausées et vomissements, permanents et aggravés par la moindre prise d'aliments ou de boisson,
  • la constipation aiguë, qui devient rapidement totale avec ballonnement important,
  • l'altération de l'état général : pâleur, fatigue intense, pouls filant, urines rares et foncées.

Des formes larvées, avec présence de signes peu spectaculaires, peuvent néanmoins s'avérer être une péritonite.

Évolution et examens d'une péritonite

Évolution

La péritonite est une maladie grave, dont la mortalité avoisine 10 % dans une forme appendiculaire et atteint 40 % dans une forme post-opératoire ou l'infection d'ascite.

Examens

Les examens ne sont demandés par le chirurgien qu'en cas de doute, notamment sur la cause : radiographie ou scanner de l'abdomen, échographie abdominale et pelvienne.

Le plus souvent le diagnostic de la cause est fait directement à ventre ouvert par le chirurgien.

Traitement de la péritonite

Seules la tuberculose péritonéale et l'infection d'ascite ne reçoivent qu'un traitement médical à base d'antibiotiques.

Dans tous les autres cas, le traitement obligatoire est l'intervention chirurgicale en urgence. Son but est à la fois de traiter la cause initiale (voir ci-dessus), mais aussi de laver le péritoine et d'y poser un drain qui permettra d'évacuer les sérosités jusqu'à guérison.

Qui consulter ?

Avant que les signes ne soient typiques, la douleur accompagnée de vomissements ou de fièvre impose une consultation rapide chez le médecin traitant.

Dès que les signes, dont la contracture abdominale, deviennent typiques d'une péritonite, il est urgent de transférer le malade en milieu chirurgical après l'avis du médecin traitant ou du médecin de garde.

On peut pour le transporter faire appel au centre 15 ou à un véhicule sanitaire privé.


Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

dominique r.

médecin

Expert

bruno descharles

thérapeute manuel | corpus liberatum

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas