Reflux gastro-oesophagien

Écrit par les experts Ooreka

Reflux gastro-œsophagien, ou RGO

Le reflux gastrosophagien est la remontée du contenu de l'estomac dans l'œsophage.

  • La forte acidité de ce contenu gastrique et la présence d'une enzyme (la pepsine) sont responsables d'une irritation de l'œsophage et des autres signes observés.
  • Le reflux gastro-œsophagien chronique touche près de 4 millions de personnes en France, mais 1 personne sur 3 présente un reflux occasionnel.

Causes du reflux gastro-œsophagien

Chez l'adulte

Le reflux gastro-œsophagien est dû à une défaillance du double système de fermeture qui sépare l'œsophage de l'estomac, le sphincter musculaire et l'angle naturel entre la grosse tubérosité gastrique et le cardia.

La hernie hiatale, qui fait remonter une partie du cardia dans le thorax, est une cause majeure de ce reflux.

Divers facteurs favorisants ou aggravants sont connus :

  • le tabagisme,
  • les boissons gazeuses,
  • l'obésité abdominale (le rôle de l'obésité générale n'est pas démontré),
  • la grossesse,
  • les vêtements serrés sur l'abdomen,
  • la position allongée après les repas.

Le rôle des graisses cuites et de l'alcool, souvent cités, sont plus controversés.

Bébé qui pleurt dans les bras de sa maman

Chez le nourrisson

Le reflux gastro-œsophagien du nourrisson, lié à l'immaturité de l'appareil digestif, est largement favorisé par

  • la position allongée juste après les tétées ou les repas,
  • la prise trop précoce de jus de fruits acides ou de boissons gazeuses,
  • des couches trop serrées.

Signes du reflux gastro-œsophagien

Chez l'adulte

Les signes directs sont très évocateurs :

  • remontées et régurgitations acides dans la gorge, avec sensation de brûlure, irritation pharyngée (fausse angine) ou modification de la voix (fausse laryngite) ;
  • les sensations de brûlure derrière le sternum, aggravées en position couchée ou penchée en avant, pour enfiler ses chaussettes ou lacer ses chaussures par exemple ;
  • douleurs de la région épigastrique.

Les signes indirects sont moins spécifiques

  • toux nocturne, bronchite à répétition,
  • douleurs thoraciques faisant croire à une maladie cardiaque,
  • hémorragie digestive,
  • déglutition difficile.

Remarque : les hommes qui présentent des RGO sévères voient leurs risques de subir un cancer de l'œsophage multipliés par six. Chez les femmes, ce risque n'est équivalent qu'au-delà de 60 ans.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Chez le nourrisson

La régurgitation est banale chez le nourrisson et le jeune enfant : le médecin évoque un reflux gastro-œsophagien quand les rejets sont fréquents, abondants, persistants et très acides.

Les signes associés aux rejets sont plus difficiles à interpréter :

  • mauvaise prise des biberons, avec refus de boire après quelques gorgées, ce qui peut entraîner un retard de croissance ;
  • pleurs et agitation après le repas ou pendant le sommeil ;
  • accès brutal de pâleur ou de cyanose (coloration bleutée) surtout après le repas ;
  • toux sèche chronique, bronchites ou bronchiolites à répétition ;
  • infections ORL à répétition (otites, laryngites, rhinopharyngites) même en dehors des périodes d'épidémie.

Examens du RGO

En cas de RGO, l'examen de référence est la fibroscopie gastrique, qui élimine en même temps d'autres maladies possibles et montre souvent une hernie hiatale.

La mesure d'acidité (pHmétrie) et la mesure des pressions (manométrie œsophagienne) sont utiles en cas de doute.

La fibroscopie et la pHmétrie ne sont demandées chez l'enfant qu'en cas de doute ou de saignement digestif probable avec anémie.

Traitement du reflux gastro-œsophagien

Chez l'adulte

Le traitement du RGO associe :

  • la suppression de tous les facteurs favorisants identifiés : tabac, repas copieux, boissons gazeuses, abus d'alcool, vêtements serrés ;
  • le maintien en position assise ou debout pendant au moins une heure après la fin des repas (les médecins conseillent encore parfois d'aller promener son chien avant la sieste ou après le dîner) ;
  • des antisécrétoires qui diminuent la sécrétion d'acide chlorhydrique dans l'estomac (voir hernie hiatale) ;
  • des médicaments, qui diminuent le tonus musculaire de la paroi gastrique, comme la dompéridone ;
  • des anti-acides qui se gélifient en surface du contenu gastrique et tapissent la muqueuse.

Le traitement est poursuivi au moins 2 moins avant d'être suspendu pour évaluer le résultat. La chirurgie est réservée aux échecs du traitement médical avec complications (œsophagite, ulcère, hémorragie).

Chez le nourrisson et l'enfant

Le reflux gastro-œsophagien guérit souvent spontanément avec l'acquisition de la station debout. En attendant, le médecin propose

  • de coucher le bébé sur le dos ou sur le côté dans un lit incliné à 30° (tête plus haute que les pieds) ;
  • d'éviter jus de fruits acides et boissons gazeuses ;
  • d'épaissir le lait des biberons avec des pectines ou des amidons.

Les médicaments ne sont proposés qu'en cas d'échec de ces mesures après une évaluation de deux mois environ. Ils sont identiques à ceux de l'adulte, mais à des doses adaptées à l'âge et au poids de l'enfant.

Prévention du RGO

La prévention du RGO repose sur les mêmes mesures hygiéno-diététiques que son traitement médical, en évitant tous les facteurs favorisants.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
carole pascault

thérapeute en réflexologie plantaire et massage | les massages de carole

Nouvel expert

emma rahari

psychologue | ecoute active, approche humaniste

Expert

gabriel choukroun

ostéopathe d.o. - ostéopathie émotionnelle | osteomind consult

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas