Sommaire

Comprendre le scanner abdominal

Principe du scanner abdominal

Photo d'un scanner abdominal

Le scanner utilise les mêmes rayons X, plus ou moins absorbés selon la densité des tissus traversés que la radiographique classique. Les rayons X ne sont pas reçus sur un film, mais sur une plaque radiosensible reliée à un ordinateur.

Plusieurs millions de mesures sont effectuées en quelques minutes. L'ordinateur les utilise pour reconstituer l'image des organes abdominaux :

  • plan par plan, par niveaux séparés de quelques millimètres, sur les scanners les plus anciens ;
  • en 3D et parfois en couleur sur les scanners les plus récents.

Les images reconstituées sont reproduites sur un film radiographique classique ou sur un DVD visible sur écran et dont on peut extraire des photographies.

Avec les appareils actuels, la dose de rayonnements reçus lors d'un scanner abdominal est équivalente à la dose de rayonnements naturels reçus pendant un vol aérien de 6 heures.

But de ce scanner

Le scanner abdominal permet d'explorer :

  • le foie : tumeurs, kystes, abcès, traumatismes, cirrhose ou stéatose ;
  • la rate : traumatismes, infection, taille anormale ;
  • le pancréas : traumatismes, cancer, kystes, pancréatite aiguë ;
  • les voies biliaires : calcul, dilatation, infection ;
  • les reins : calculs, cancers, dilatation des bassinets, taille anormale, malposition ;
  • l'intestin et le côlon : taille des anses, épaisseur de la paroi, tumeurs ;
  • le péritoine ou mésentère : ganglions, signes d'infection ;
  • les vaisseaux abdominaux : aorte, artère mésentérique, veine porte ;
  • la paroi musculaire et graisseuse de l'abdomen.

L'extension de l'examen au bassin (scanner pelvien) permet d'explorer les organes génitaux, la vessie et chez l'homme la prostate.

Préparation du scanner abdominal

Dans certains cas, un produit opaque aux rayons X sera donné à boire quelques heures avant l'examen pour opacifier l'estomac et l'intestin.

Dans d'autres cas, un produit iodé sera brièvement injecté par voie veineuse pendant l'examen. Cette injection, indolore, peut déclencher une sensation de chaleur dans tout le corps ou un goût bizarre dans la bouche.

Pendant le scanner

Le sujet est allongé, les bras derrière la tête, sur une table d'examen qui se déplace lentement dans l'anneau émetteur de rayons.

Le sujet est seul dans la pièce, relié par des micros au radiologue placé derrière une vitre épaisse.

  • Il peut ainsi signaler toute sensation anormale, notamment pendant l'injection de produit iodé.
  • Sa coopération (rester immobile, respirer ou non selon le moment, suivre les demandes du radiologue) est essentielle pour obtenir de bonnes images dans le délai le plus bref possible.

Au total, l'examen dure une dizaine de minutes dont la moitié est consacrée à la prise des images.

Il est conseillé de boire au moins un litre d'eau après l'examen pour accélérer l'élimination du produit injecté.

Les résultats sont connus et délivrés au patient dès que les images ont été analysées en détail par le radiologue.

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Syndrome de Costen MICI Maladie de Caroli Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Dissoudre des calculs biliaires Calcul biliaire traitement naturel Calculs biliaires Hépatomégalie Mâchoire qui craque Anomalies de l’œsophage Glossodynie Lithiase salivaire Kyste hydatique Cysticercose Intolérance au lactose Traiter l'helicobacter pylori Syndrome hépato-rénal Soigner une salmonellose Dysenterie Typhoïde Diverticule de Meckel Ankylostomiase Intolérance au glucose Colite Traiter une colopathie fonctionnelle Bézoard Maladie de Gilbert Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Soigner les ulcères gastriques Blanc de l'œil jaune Soigner une gastrite Soigner une hernie hiatale naturellement Occlusion intestinale Traitement de l'intestin irritable Vermifuge humain Colite ischémique Hernie de la ligne blanche Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Cytolyse hépatique Hépatite auto-immune Péritonite Syndrome dysentérique Atrophie villositaire Angiocholite Stéatose hépatique Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Hernie hiatale Varices oesophagiennes Hernie inguinale et crurale Maladie de Crohn Parasites intestinaux 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Adénolymphite mésentérique Diverticule de l’oesophage Syndrome de Mallory Weiss Prolapsus rectal Fistule anale Intolérance au gluten Ulcère duodénal Syndrome de l’intestin irritable Traiter les oxyures Bilharziose Angiome du foie Soigner les vers intestinaux Colite spasmodique Cholécystite Atrésie Ascaris Dysenterie tropicale Éviter les remontées acides après un repas Cholangite Parasitoses digestives Sécheresse de la bouche Traitement du Clostridium difficile Atrésie de l'œsophage Lavage d'estomac Ulcère gastrique Traiter un ténia ou ver solitaire Appendicite Hépatite virale Gastrite chronique Syndrome d'Ogilvie Comment soigner l'escherichia coli Pancréatite aiguë Spasme œsophagien Encéphalopathie hépatique Gastrite nerveuse Maladie de Chagas Colopathes Régime FODMAP Traiter le reflux gastro- œsophagien Choléra Fissure anale Cirrhose biliaire primitive Colon irritable homéopathie Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Invagination Hernie ombilicale Maladie de Hirschsprung Giardiase Hernie de Bochdalek Hernie diaphragmatique Escherichia coli Stase stercorale Dyspepsie Infarctus mésentérique Syndrome de Budd Chiari Clostridium Anti-acide Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Insuffisance hépatique Helicobacter pylori traitement naturel Gastrite Éventration abdominale Syndrome de Barrett Rectite Syndrome de Sadam Oesophagite Diverticule colique Malabsorption du fer Maladie de Whipple Comment soigner une colopathie naturellement Intoxication alimentaire Hépatite toxique Cirrhose du foie Reflux gastro-oesophagien Maladie coeliaque Abcès anal Achalasie Rectocolite hémorragique Amibiase Enterococcus faecalis Côlon irritable Hypertension portale