Ulcère duodénal

Écrit par les experts Ooreka

Comprendre l'ulcère duodénal

Le duodénum est la première portion de l'intestin grêle, juste après le pylore à la sortie de l'estomac. L'ulcère duodénal, dix fois plus fréquent que l'ulcère de l'estomac, est un trou creusé dans la muqueuse du duodénum.

Causes de l'ulcère duodénal

L'ulcère duodénal est presque toujours lié à la présence dans la muqueuse de la bactérie Helicobacter pylori.

Homme tordu de douleur pancréatite

Les facteurs favorisants sont identiques à ceux de l'ulcère gastrique :

  • le stress,
  • l'abus d'alcool,
  • le tabagisme.

Les médicaments agressifs pour le duodénum sont, comme pour l'estomac :

  • l'aspirine,
  • les corticoïdes,
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Des maladies rares sont parfois en cause : syndrome de Zollinger-Ellison (ulcères multiples dus à des tumeurs sécrétantes du pancréas), maladie de Crohn.

Symptômes d'ulcère duodénal

La douleur, à type de brûlure ou de faim douloureuse au creux de l'estomac, est le signe majeur.

Contrairement à l'ulcère de l'estomac, la prise d'un repas calme la douleur qui réapparaît 1 à 3 heures plus tard et chaque fois que l'estomac est vide, la nuit par exemple.

Les périodes douloureuses durent un à deux mois, avec des pics de fréquence au printemps et en automne, puis elles s'estompent jusqu'à la prochaine poussée.

On observe accessoirement des nausées, une perte de poids ou des selles noires quand l'ulcère saigne.

Évolution de cet ulcère

En absence de traitement radical, l'ulcère duodénal récidive pendant de longues années. Après les traitements actuels, le taux de récidive ne dépasse pas 2 % par an.

Deux complications majeures, révélatrices, de l'ulcère dans près de 10 % des cas, sont possibles

  • la perforation d'ulcère avec péritonite aiguë,
  • l'hémorragie digestive.

Examens de l'ulcère duodénal

La fibroscopie gastrique est l'examen de référence pour le diagnostic d'un ulcère duodénal. Elle permet d'effectuer des biopsies et de rechercher la bactérie Helicobacter pylori.

Si la fibroscopie est impossible, une radiographie du transit œso-gastro-duodénal avec ingestion de produit opaque aux rayons X montre l'ulcère.

Traitement de l'ulcère duodénal

Le traitement actuel de l'ulcère duodénal associe :

  • un antisécrétoire, de type IPP (inhibiteur de pompe à protons) très efficace pour réduire la sécrétion acide de l'estomac, pendant une durée de 4 à 8 semaines ;
  • deux antibiotiques actifs sur l'Helicobacter pylori, pendant 10 jours.

Toutefois, si on n'a pas mené d'examens permettant de déterminer avec certitude que la bactérie Helicobacter pylori est impliquée, on met en place une quadrithérapie comprenant :

  • soit un IPP et 3 antibiotiques pour un traitement probabiliste ;
  • soit IPP + amoxicilline + clarithromycine + métronidazole pendant 14 jours ;
  • soit IPP + sel de bismuth + tétracycline + métronidazole (commercialisée sous le nom de Pylera) pendant 10 jours (traitement dit « avec bismuth »).

La guérison de l'ulcère est ensuite contrôlée par une nouvelle fibroscopie. Un traitement d'entretien est parfois nécessaire, avec une petite dose quotidienne d'antisécrétoire. Le traitement des complications aiguës de l'ulcère duodénal (perforation, hémorragie) est une urgence chirurgicale.

Il faut souligner que la consommation de sorgho (aliment de base en Afrique et en Asie et qui se prépare comme du riz) rend quasiment nuls les risques de présenter un ulcère duodénal ou un ulcère gastrique. Le sorgho présente de nombreuses autres vertus puisque cette céréale protège des pathologies gastro-intestinales, prévient la décalcification osseuse, la formation des calculs biliaires et les colites et il peut être utilisé comme aliment spécifique des diabétiques en raison de son très faible index glycémique.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas