Traiter un ténia ou ver solitaire

Sommaire

Traiter un ténia ou ver solitaire

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Le ténia ou tænia est un long parasite plat (ver) de l'intestin grêle, dont la longueur est comprise entre 4 et 10 mètres. Il infecte aussi bien l’adulte que l’enfant. Il est très résistant, sa longévité dans l’intestin peut dépasser 30 ans s'il n'est pas traité. Les conséquences sur la santé sont cependant mineures et sans complication. Voici comment traiter un ténia, ou ver solitaire.

Zoom sur le ténia

Le Tænia saginata (ténia du bœuf) est le plus répandu en France, mais aussi en Amérique latine, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie centrale. Il se développe uniquement dans l’intestin.Le Tænia solium (ténia du porc), rare en Europe, est plus grave car ses larves peuvent migrer du tube digestif vers les muscles, la peau, les yeux et le cerveau, causant une maladie grave, la cysticercose. C’est une cause notable d’épilepsie dans certains pays sous-développés.

Contamination

Le ténia ne se transmet pas d’homme à homme. Le parasite a besoin d'un « hôte intermédiaire », bœuf ou porc principalement. L’animal ingère les larves présentes sur les végétaux qu’il consomme. Elles se développent alors dans ses muscles (la viande) et l’homme se contamine en mangeant la viande crue ou insuffisamment cuite.

La vie du ténia dans l'intestin humain

Une fois ingérée, la larve de ténia se fixe à la paroi de l’intestin grêle par une minuscule tête à 4 ventouses. Elle grandit progressivement en se nourrissant des aliments ingérés par l'homme. En 3 mois, le ver devient adulte et est apte à se reproduire. Son corps est un long ruban pouvant atteindre 4 à 10 mètres, formé d’anneaux. Au bout se trouvent les anneaux reproducteurs, contenant des œufs. Ils se décrochent, migrent dans le colon, puis sont expulsés avec les selles.

Le ténia est-il contagieux ?

Dans les pays où l’hygiène est imparfaite, les porteurs humains du ténia contaminent l’environnement. En effet, les œufs, qui se trouvent pas milliers dans chaque anneau et sont très résistants en milieu extérieur (égouts, herbes…), sont libérés avec les matières fécales, qui sont alors vecteur de transmission de la maladie. Les bœufs et les porcs se contaminent en absorbant les végétaux souillés par les selles humaines et assurent la diffusion du parasite.À noter : les engrais contenant des selles humaines sont interdits à cause du risque de transmission à l’animal des larves de ténia.

1. Prévenez l'apparition du ténia

  • Cuisez bien les viandes, notamment la viande de bœuf et de porc. Les larves sont en effet détruites par une cuisson supérieure à 45 °C. La consommation de bœuf crue (steak tartare) est à risque.
  • Les mesures d'hygiène alimentaire doivent être particulièrement respectées lors des voyages dans des régions du monde où les contrôles sanitaires et vétérinaires sont moins développés.

2. Reconnaître les symptômes du ténia

L’infection passe inaperçue dans la plupart des cas et il est tout à fait possible d'abriter le parasite pendant des années sans s'en rendre compte. Les patients atteints de ténia sont en bonne santé apparente. L’amaigrissement et les complications liées au parasite, comme l'appendicite ou l'occlusion intestinale, sont très rares.

Symptômes

Quelques symptômes légers et non spécifiques peuvent être notés :

  • douleurs abdominales autour du nombril ;
  • nausées ;
  • troubles de l’appétit (beaucoup d’appétit sans prise de poids) ;
  • diarrhée ou constipation.

Diagnostic

La présence du ténia est mise en évidence :

  • par la découverte d'anneaux dans les sous-vêtements, les draps ou les selles. Ils ont une forme caractéristique : éléments blanchâtres de petite taille, plats, mesurant de 1 à 2 cm de long sur 6 à 8 mm de large, mobiles. Ils ressemblent à de grosses pâtes alimentaires, comme des tagliatelles ;
  • par examen au laboratoire. Il n’y a pas d’anomalie biologique, les tests inflammatoires sont normaux, le ténia ne donne pas d’anémie. On constate parfois, au début de l’infestation, une légère augmentation du nombre de globules blancs éosinophiles. 

3. Traitez le ténia

Le ténia se traite facilement. On utilise des médicaments antiparasitaires, les vermifuges suivants :

  • Le praziquantel (Biltricide®) se prend en une prise unique. La posologie habituelle est de 10 mg / kg. Les effets secondaires sont rares.
  • Le niclosamide (Trédémine) est prescrit à raison de 2 g pour l’adulte, 1 g pour les enfants de 2 à 7 ans et 500 mg pour les moins de 2 ans.

Vous devez suivre des modalités de traitement strictes :

  • Restez à jeun depuis la veille.
  • Prenez 2 comprimés, mastiquez-les longuement puis avalez-les avec très peu d’eau.
  • Attendez 1 heure en restant à jeun.
  • Prenez à nouveau 2 comprimés, mâchez-les longuement puis avalez-les avec très peu d’eau.
  • Attendez encore 3 heures avant de vous alimenter.

4. Vérifiez la réussite du traitement

Cas n° 1 : le traitement est un succès

Le traitement est un succès si vous constatez l’évacuation du ver par l’anus.

  • Si le ver est entier, essayez de vérifier la présence de la tête.
  • S’il est évacué par fragments, ce qui se produit le plus souvent, continuez à surveiller vos selles.

Cas n° 2 : le traitement a échoué

La persistance d'anneaux dans les selles après une semaine signifie que le traitement a échoué. Il vous faudra refaire un second traitement. 

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Dissoudre des calculs biliaires Syndrome de Mallory Weiss Helicobacter pylori traitement naturel Calculs biliaires Insuffisance hépatique Infarctus mésentérique Hernie de Bochdalek Maladie coeliaque Fistule anale Comment soigner une colopathie naturellement Syndrome de Sadam Sécheresse de la bouche Intolérance au gluten Syndrome hépato-rénal Abcès anal Hernie de la ligne blanche Ulcère gastrique Maladie de Caroli Syndrome de Budd Chiari Stéatose hépatique Hernie ombilicale Calcul biliaire traitement naturel Fissure anale Enterococcus faecalis Blanc de l'œil jaune Bézoard Hépatite auto-immune Hypertension portale Hernie hiatale Clostridium Oesophagite Kyste hydatique Cysticercose Hépatite toxique Cirrhose biliaire primitive Traiter une colopathie fonctionnelle Soigner une salmonellose Gastrite nerveuse Occlusion intestinale Ascaris Dyspepsie Soigner une gastrite Hernie inguinale et crurale Achalasie Comment soigner l'escherichia coli Anti-acide Angiocholite Atrésie Amibiase Choléra Atrésie de l'œsophage Anomalies de l’œsophage Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Gastrite chronique Intolérance au glucose Syndrome dysentérique Maladie de Gilbert Hernie diaphragmatique Syndrome d'Ogilvie Parasites intestinaux Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Hépatomégalie Reflux gastro-oesophagien Rectocolite hémorragique Traitement de l'intestin irritable Cirrhose du foie Diverticule de Meckel Cytolyse hépatique Dysenterie Angiome du foie Dysenterie tropicale Soigner les ulcères gastriques Syndrome de Costen Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Malabsorption du fer Éventration abdominale Traiter un ténia ou ver solitaire Lithiase salivaire Ankylostomiase Giardiase Typhoïde Bilharziose Cholécystite Varices oesophagiennes Colite ischémique Pancréatite aiguë Soigner les vers intestinaux Colite spasmodique Maladie de Whipple Éviter les remontées acides après un repas Gastrite Traiter l'helicobacter pylori Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Adénolymphite mésentérique Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Escherichia coli 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Péritonite Stase stercorale Cholangite Maladie de Chagas Colite Traitement du Clostridium difficile Traiter le reflux gastro- œsophagien Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Soigner une hernie hiatale naturellement Atrophie villositaire Diverticule colique Rectite Mâchoire qui craque Colon irritable homéopathie Intoxication alimentaire Régime FODMAP Glossodynie Maladie de Hirschsprung Ulcère duodénal Spasme œsophagien Syndrome de l’intestin irritable Traiter les oxyures Lavage d'estomac Prolapsus rectal Colopathes Hépatite virale MICI Encéphalopathie hépatique Vermifuge humain Appendicite Syndrome de Barrett Diverticule de l’oesophage Côlon irritable Maladie de Crohn Parasitoses digestives Invagination Intolérance au lactose