Traitement de l’hémochromatose

Sommaire

Traitement de l’hémochromatose

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

L'hémochromatose est une maladie génétique et héréditaire qui se manifeste par une absorption et une invasion accrue du fer dans les tissus. Or, le fer accumulé en excès dans les organes a des effets dévastateurs car c'est un oxydant. C'est pourquoi il peut engendrer des lésions tissulaires sévères. Les conséquences directes de ce stress oxydatif : un vieillissement accéléré qui touche tous les tissus, des pathologies cardiaques, diabète, cirrhose, cancers et surtout un risque accru de mortalité. Dépistée tôt et traitée, cette pathologie est bénigne.

Voici pas à pas comment traiter l'hémochromatose et éviter toute dégénérescence tissulaire.

1. Diagnostiquez l'hémochromatose

Il n'y a pas de symptômes caractéristiques de l'hémochromatose. C'est la raison pour laquelle la maladie est sous-diagnostiquée. Quelques personnes concernées disent avoir été alertées par :

  • des douleurs musculaires ;
  • des enflures au niveau des articulations des doigts ;
  • une grande fatigue.

À un stade avancé de la maladie :

  • des douleurs abdominales ;
  • des ictères (peau et yeux jaunes) ;
  • des mictions urinaires fréquentes ;
  • une soif excessive ;
  • une faim excessive.

Seule une analyse de sang permet le diagnostic de la maladie. Il s'agit de doser les taux de :

  • transferrine (protéine de transport du fer) ;
  • ferritine (protéine de stockage du fer) ;
  • éventuellement le taux de fer sérique.

Une recherche des mutations du gène en cause dans la maladie peut également être intéressante.

2. Limitez la consommation d'aliments riches en fer

En adoptant certaines règles diététiques, vous abaisserez le fer contenu dans votre organisme de 14 à 28 mg par semaine. C'est peu mais c'est déjà une première étape. Pour repère, la quantité normale de fer dans l'organisme est de 2,5 g pour les femmes et 4 g pour les hommes.

Si on vous diagnostique une hémochromatose, il vous faudra adopter une alimentation appauvrie en fer. Pour cela :

  • Diminuez le fer héminique, qui est le fer contenu dans les produits animaux et qui est le mieux absorbé par l'organisme.
    • Les viandes rouges, cheval en tête sont très riches en fer. Évitez d'en consommer.
    • Les abats sont très riches en fer. Évitez d'en consommer également.
    • Les mollusques, notamment palourdes, moules et huîtres qui sont les mieux fournis, ne doivent être au menu qu'exceptionnellement.
    • Consommez de préférence du poisson et de la volaille. Ils ne peuvent être au menu qu'une fois par jour car ils sont tout de même source de fer héminique.
    • L'œuf contient du fer mais aussi une phosphoprotéine qui limite son absorption. Vous pouvez donc en consommer régulièrement : jusqu'à 6 œufs par semaine même si vous avez du cholestérol.
  • Évitez les aliments enrichis en fer comme certains produits céréaliers du commerce. N’achetez pas de produits portant la mention « enrichi en fer ».
  • Attentions aux excès de graines et noix oléagineuses (amandes, noix, noisettes par exemple) qui contiennent du fer : pas plus de 30 g par jour.
  • Variez bien les légumes en évitant de ne consommer que des légumes verts à feuille, qui sont les mieux fournis en fer.
  • Évitez de mettre des herbes aromatiques sur tous vos plats car elles contiennent des taux élevés de fer.
  • Évitez les marinades au citron, les sauces salades avec du citron pressé dedans ou tout simplement le citron sur le poisson. La vitamine C qu'il renferme booste l'absorption du fer des aliments.
  • Faites un repas sur deux avec des protéines végétales. Elles contiennent certes du fer, mais c'est un fer non héminique, qui est moins bien absorbé. Vous pouvez ainsi consommer :
    • des produits dérivés de soja : tofu, tempeh sont riches en protéines et peuvent vous éviter des carences du fait de la diminution de la consommation des protéines animales ;
    • des produits céréaliers à grain entier ainsi que leurs produits dérivés ;
    • des légumineuses autres que le soja : lentilles, pois chiches, haricots secs, pois cassés plus rarement car elles sont très riches en fer. Évitez l'association tofu - lentilles par exemple pour cette raison, car ce sont deux légumineuses.
Lire l'article Ooreka

2. Mangez des molécules qui limitent l'absorption du fer pour traiter l'hémochromatose

Certaines molécules gênent l'absorption du fer dans l'organisme :

  • Les phytates présents dans les aliments à grains entiers, le son, les noix. Il est intéressant d'en consommer même s'ils sont également source de fer.
    • Ajoutez une cuillère à soupe de son dans vos sauces, vos yaourts.
    • Ajoutez quelques noix dans vos salades.
    • Favorisez le riz complet, les pâtes complètes, les semoules complètes, plutôt que leurs homologues raffinés.
  • Les oxalates : chocolat, rhubarbe, épinards, blettes, céleri, poivrons verts, patates douces, noix, mures, bleuets, framboises, thé. N'hésitez pas à en consommer régulièrement (même s’ils sont aussi source de fer).

4. Buvez des tanins pour traiter l’hémochromatose

Les tanins freinent l'absorption de fer. Il y en a dans le thé et le café.

  • Buvez de préférence du thé en mangeant. Son tanin serait le plus efficace. De plus, le thé est riche en antioxydant, il peut ainsi contrer les effets oxydants du fer.
  • Buvez du café si vous n'aimez pas le thé à la fin du repas.
Lire l'article Ooreka

5. Évitez de cuisiner avec du matériel contenant du fer

Afin d'éviter toute migration de fer dans les aliments, évitez de cuisiner avec :

  • des cocottes en fonte ;
  • des casseroles en acier.

Préférez cuisiner avec :

  • des cocottes en pyrex ;
  • des casseroles ou poêles en céramiques.

6. Vérifiez la composition de vos compléments nutritionnels

De nombreux compléments nutritionnels (des complexes de vitamines et minéraux vendus en pharmacie et parapharmacie) contiennent du fer. Lisez systématiquement la composition des compléments nutritionnels avant d'en ingérer.

7. Faites des saignées ou phlébotomie

Les saignées sont des sortes de prélèvement sanguin et sont le seul vrai traitement qui existe de l'hémochromatose.

Suite au diagnostic d'hémochromatose (grâce à une simple prise de sang dosant le fer et la ferritine, une protéine qui permet le stockage du fer dans l'organisme), un médecin vous prescrira des saignées.

Les saignées se font en hôpital, à domicile sous la surveillance d'une infirmière ou en centre de l'Établissement Français du Sang (EFS). Le but est d'éliminer par le sang une certaine quantité de globules rouges et donc de fer. Cela force à la production par l'organisme de nouveaux globules rouges, ce qui nécessitera par là même l'utilisation d'une partie du fer stockée en excès.

Le rythme et la quantité de sang prélevé dépendent du degré d'hémochromatose. En général, plusieurs saignées successives sont nécessaires au début et une fois le taux de fer rétablit, une à deux saignées d'entretien de temps en temps s'imposent.