Sommaire

Soigner les vers intestinaux

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Si de petits grains de riz mobiles ou des anneaux gluants se retrouvent dans vos selles, c'est que vous êtes infestés par des vers intestinaux. Ce sujet tabou très fréquent chez les enfants n'est pas toujours facile à aborder, même avec un professionnel de santé. Pourtant, l'infestation n'est pas toujours si évidente : vous pouvez présenter de simples signes intestinaux sans spécificité, ou même ne développer aucun symptôme. Seule l'analyse des selles peut alors confirmer le diagnostic. Pour soigner des vers intestinaux, il convient de faire appel aux médicaments vermifuges, mais aussi à des compléments naturels efficaces.

1. Reconnaissez les vers intestinaux

Il existe de nombreux vers intestinaux qui peuvent vous infester. En France, certains sont courants : 

  • Les ténias (surtout Tænia saginata en France) éliront domicile dans votre intestin après que vous ayez consommé de la viande insuffisamment cuite.
  • Les oxyures (Enterobius vermicularis) sont très courants, notamment chez les enfants. Ils sont contagieux par simple ingestion ou respiration de leurs œufs microscopiques.
Consulter la fiche pratique Ooreka
  • Les ascaris (Ascaris lumbricoïdes) profiteront de légumes mal lavés ou d'une eau souillée pour vous contaminer lors d'un voyage.
  • Les toxocara (Toxoxara canis et Toxocara cati) sont présents dans les déjections des chiens et des chats. On parle de la maladie des bacs à sable puisque les enfants ingèrent les œufs lorsqu'ils jouent dans le sable souillé de déjections.

D'autres vers intestinaux peuvent provoquer des parasitoses par manque d'hygiène dans les pays tropicaux ou les pays en voie de développement. C'est les cas des ankylostomes (Ancylostoma duodenale), des tricocéphales (Trichuris trichiura), de l'anguillule (Strongyloides stercoralis), ou du ténia nain (Hymenolepis nana), par exemple. Vous pouvez alors être infestés lors de voyage : restez vigilants et renseignez-vous sur les zones à risques.

Lire l'article Ooreka

Repérez les symptômes

Il vous est possible d'observer des vers mobiles directement dans les selles, notamment lorsqu'il s'agit d'oxyures. Vous pouvez même retrouver des anneaux de ténia dans les matières fécales ou même directement dans la culotte ou le pyjama. Cependant, les œufs sont microscopiques et nombre de vers sont solidement attachés à la muqueuse intestinale. Certains symptômes peuvent attirer votre attention, bien qu'ils soient bien peu spécifiques :

  • ballonnements, et douleurs abdominales ;
  • alternance de diarrhées et de constipation ;
  • nausées et vomissements ;
  • allergies alimentaires ;
  • perte de poids avec un grand appétit ;
  • nervosité, insomnies, fatigue ;
  • démangeaisons anales, notamment la nuit ;
  • récidive chronique d’une maladie parodontale (en effet, les parasitoses intestinales peuvent favoriser le développement d’amibes dans les poches parodontales).

Il est même possible qu'aucun symptôme ne soit visible pendant plusieurs années.

Consultez votre médecin

Si un doute est levé sur la présence de vers intestinaux, un examen des selles peut être nécessaire. Si vous pouvez parfaitement traiter les oxyures par vous-même, les autres vers nécessitent des médicaments sur prescription médicale.

Lire l'article Ooreka

2. Protégez l'entourage des vers intestinaux

Que vous éradiquiez les vers intestinaux est important, mais pensez aussi à la famille et aux proches. Les œufs des vers intestinaux sont contagieux. Pour éviter l'infestation de l'entourage, adoptez ces mesures d'hygiène :

  • Lavez-vous les mains soigneusement dès la sortie du lit le matin, avant de cuisiner et après chaque passage aux toilettes.
  • Coupez-vous les ongles courts de façon à ce que les œufs ne puissent pas se loger dessous et échapper aux lavages de mains.
  • Ne vous grattez pas si l'anus vous démange, au risque de disséminer des œufs.
  • Lavez votre linge de lit, vos serviettes et vos gants de toilette, ainsi que vos sous-vêtements à 60 °C.
  • Ne partagez pas vos affaires de toilette.
Lire l'article Ooreka

3. Traitez les vers intestinaux avec un vermifuge

Le traitement le plus efficace si vous êtes infesté par des vers intestinaux est médicamenteux. De nombreuses molécules sont sur prescription médicale obligatoire. Il s'agit par exemple du triclabendazole, de l'albendazole, ou encore du niclosamide.

Vous pouvez néanmoins vous procurer les deux médicaments suivants sans ordonnance chez votre pharmacien. Il est préférable de réserver l'auto-médication aux oxyures. N'oubliez pas dans ce cas de traiter tous les membres de la famille vivant sous le même toit en même temps, et de laver les draps à 60 °C.

Traitez la famille au flubendazole

Le flubendazole est disponible en comprimés ou en suspension buvable. Cette molécule vermifuge empêche les vers de se nourrir. Elle fonctionne sur :

  • les oxyures (les plus courants) ;
  • les ascaris ;
  • les tricocéphales ;
  • les ankylostomes.

La posologie est la même pour un enfant ou un adulte : la prise d'un comprimé équivaut à une cuillère à café de suspension buvable. Contre les oxyures, deux prises sont nécessaires à 15jours d'intervalle, afin d'enrayer le cycle des vers. Contre les autres vers intestinaux, vous devez prendre une prise matin et soir durant 3 jours.

Traitez la famille au pyrantel

Le pyrantel se présente sous la forme de comprimés ou de suspension buvable. Ce vermifuge bloque la mobilité des vers. Il est actif sur :

  • les oxyures ;
  • les ascaris ;
  • les ankylostomes.

La posologie dépend du poids de la personne à traiter :

  • Un enfant doit absorber 1 comprimé pour 10 kg de poids en une prise.
  • Un adulte de moins de 75 kg doit absorber 750 mg en une prise soit 6 comprimés.
  • Un adulte de plus de 75 kg doit absorber 1 000 mg en une prise soit 8 comprimés. 

4. Traitez les vers intestinaux au naturel

Contre les vers intestinaux, les remèdes naturels sont loin de valoir les médicaments. Considérez-les cependant comme des compléments de traitement intéressant, voire des alternatives thérapeutiques.

Utilisez les pépins de courges

Les pépins de courges (Cucurbita pepo) renferment de la cucurbitacine, un poison nerveux paralysant pour les vers de type taenia et ascaris. Préférez les acheter en magasin bio. On trouve aussi des compléments alimentaires de pépins de courge sous la forme de gélules en pharmacie.

Broyez-en finement 50 g pour un enfant ou 100 g pour un adulte, mélangez à du miel et absorbez le tout en une prise unique.

Mangez de l'ail

L'ail (Allium sativum) contient de l'allicine, une molécule antiparasites. Pour obtenir une action vermicide, consommez l'équivalent de 2 gousses d'ail par jour. L'odeur n'étant pas très agréable pour votre entourage, il existe des compléments alimentaires sous la forme de gélules gastro-résistantes en pharmacie. Leur contenu se déverse uniquement dans l'intestin pour ne pas incommoder.

Faites appel à l'aromathérapie

L'huile essentielle de thym à linalol lutte contre les vers intestinaux. Trois fois par jour pendant 5 jours, versez 1 goutte sur un comprimé neutre, ou diluez-la dans une cuillère de miel avant de l'absorber.

5. Complétez le traitement contre les vers intestinaux avec l'homéopathie

Dans le cas d'une infestation par des vers intestinaux, les médicaments homéopathiques ne se suffisent pas à eux-mêmes. Ils complètent le traitement par vermifuge pour calmer les démangeaisons anales. Prenez 5 granules de la souche Teucrium marum 5CH matin et soir pendant 15 jours.

Par la suite, prévenez les récidives en absorbant une dose homéopathique entière (tube miniature) par semaine de Cina 30CH pendant 3 mois.

Faites fondre les granules ou le contenu d'une dose dans votre bouche à distance des repas. Évitez la menthe et choisissez un dentifrice sans menthol pour ne pas contrarier le traitement homéopathique.

Matériel nécessaire pour traiter les vers intestinaux

Imprimer
Ail

Ail

Moins de 1 € les 250 g

Gel hydroalcoolique

Gel hydroalcoolique

2,50 € les 75 ml

Huiles essentielles

Huiles essentielles

À partir de 3 € les 10 ml

Savon

Savon

2 € environ

Aussi dans la rubrique :

Maladies de l'appareil digestif

Sommaire

Troubles et maladies du système digestif

Hernie de Bochdalek Dysenterie tropicale Soigner une hernie hiatale naturellement Hernie ombilicale Traiter l'helicobacter pylori Syndrome d'Ogilvie Intolérance au glucose Dissoudre des calculs biliaires Colite spasmodique Syndrome dysentérique Péritonite Anti-acide Hépatite auto-immune Réclamation si votre enfant est victime d'une intoxication alimentaire à la cantine Maladie coeliaque Traiter un ténia ou ver solitaire Maladie de Crohn Éviter les remontées acides après un repas Maladie de Chagas Fistule digestive : savoir la reconnaître et bien réagir Traiter le reflux gastro- œsophagien Hernie de la ligne blanche Clostridium Traitement du Clostridium difficile Calculs biliaires Malabsorption du fer Varices oesophagiennes Hépatomégalie Lutter contre les reflux gastro-œsophagiens Intolérance au gluten Anomalies de l’œsophage Que faire en cas d’intoxication alimentaire ? Oesophagite Bilharziose Escherichia coli Cirrhose biliaire primitive Calcul biliaire traitement naturel Kyste hydatique Diverticule de l’oesophage Cholécystite Syndrome de Barrett Syndrome de Sadam Abcès anal Comment soigner l'escherichia coli Comment soigner une colopathie naturellement Adénolymphite mésentérique Syndrome de Budd Chiari Parasitoses digestives Appendicite Colite Atrésie Ascaris Ankylostomiase Giardiase MICI Gastrite nerveuse Syndrome de Mallory Weiss Intolérance au lactose Hépatite toxique Helicobacter pylori traitement naturel Maladie de Whipple Côlon irritable Hypertension portale Diverticule de Meckel Amibiase Spasme œsophagien Vermifuge humain Dyspepsie Ulcère gastrique Sécheresse de la bouche Encéphalopathie hépatique Achalasie Hernie hiatale Atrésie de l'œsophage Cytolyse hépatique Insuffisance hépatique Colopathes Atrophie villositaire Maladie de Caroli Hépatite virale Maladie de Hirschsprung Angiome du foie Soigner les vers intestinaux Occlusion intestinale Hernie inguinale et crurale Cysticercose Enterococcus faecalis Stase stercorale Hernie diaphragmatique Lavage d'estomac Lithiase salivaire Typhoïde Choléra Estomac irrité ? Arrêtez de fumer ! Soigner les ulcères gastriques Gastrite Syndrome hépato-rénal Glossodynie Traiter une colopathie fonctionnelle Diverticule colique Colite ischémique Soigner une gastrite Ulcère duodénal Stéatose hépatique Gastrite chronique Ventre qui gargouille : le syndrome de l'intestin irritable Fissure anale Blanc de l'œil jaune Invagination Rectocolite hémorragique Rectite Prolapsus rectal Parasites intestinaux Syndrome de Costen Intoxication alimentaire Maladie de Gilbert Traiter les oxyures Cirrhose du foie Mâchoire qui craque Régime FODMAP Cholangite Pancréatite aiguë Bézoard Dysenterie Soigner une salmonellose Éventration abdominale Colon irritable homéopathie Fistule anale Angiocholite Traitement de l'intestin irritable Reflux gastro-oesophagien Infarctus mésentérique 6 réflexes pour éviter une intoxication alimentaire Syndrome de l’intestin irritable

Ces pros peuvent vous aider